Petite histoire de l’alchimie

histoire-alchimie-paris

L’alchimie… On en entend souvent parler, mais en vrai, c’est quoi exactement ?!

L’Alchimie : une pratique utopiste ?

Son but principal est la réalisation de la pierre philosophale, qui permettrait de changer les métaux vils (comme le plomb) en métaux nobles (or et argent) : c’est ce que l’on appelle Le Grand Œuvre.

infographie-histoire-alchimie-paris

L’autre grande recherche de l’alchimie est celle de la panacée, un remède médical qui guérirait tous les maux, et un élixir qui permettrait de prolonger la vie humaine. (On sait pas vous, mais nous ça nous rappelle étrangement Google et le transhumanisme !).

infographie-histoire-alchimie-paris

Pas (encore) de vie éternelle mais de belles découvertes

Si personne n’a jamais réussi à transformer le plomb en or, ni à trouver l’élixir de l’immortalité, grâce à leurs recherches, les alchimistes nous ont laissé en héritage de nombreuses découvertes.

infographie-histoire-alchimie-paris

infographie-histoire-alchimie-paris

infographie-histoire-alchimie-paris

infographie-histoire-alchimie-paris

infographie-histoire-alchimie-paris

Le « bain-marie » par Marie la Juive (encore bien utile en cuisine), l’alcool (que ferait-on sans lui ?),  la cure de la syphilis avec du mercure et celle du choléra avec de l’arsenic où encore la pâte de porcelaine (jusque là inconnue en Occident).

La star des Alchimistes

Le plus célèbre d’entre eux fut sans doute Nicolas Flamel, qui vécut entre 1340 et 1418, et que l’on retrouve dans le « Da Vinci Code » de Dan Brown, « Harry Potter » ou encore « Les aventures de Spirou » !

infographie-histoire-alchimie-paris

infographie-histoire-alchimie-paris

On peut toujours voir sa maison (la plus vieille de Paris) au 51, rue de Montmorency dans le 3ème arrondissement. Pourtant rien ne prouve qu’il a bel et bien été alchimiste ! La légende veut qu’il ait laissé plusieurs indices sur des façades du quartier (gravures, hiéroglyphes, sculptures) autour des Halles dont il avait financé la construction… Peut-être pour que les apprentis alchimistes puissent continuer sa quête ?

infographie-histoire-alchimie-paris

Des symboles controversés

Actuellement, certaines personnes affirment voir des symboles alchimistes sur la cathédrale Notre-Dame de Paris, comme le dragon – qui porterait sur son front la pierre philosophale – ou un chien et une chienne, symbolisant le fixe et le volatile. D’autres aperçoivent des signes sur la tour Saint-Jacques, la fontaine Saint-Michel (toujours le dragon) ou encore l’église Saint-Etienne du Mont

infographie-histoire-alchimie-paris

infographie-histoire-alchimie-paris

En l’absence d’écrits formels, on peut aussi voir dans cette discipline un message plus spirituel : la transmutation des métaux serait en fait une image de notre mutation intérieure, de notre quête de la sagesse et de l’harmonie.

infographie-histoire-alchimie-paris

L’Alchimie en images à travers les siècles :

histoire-alchimie-paris

Publicité de 1903 promettant l’elixir de jouvance. © BNF

histoire-alchimie-paris

Les signes alchimiques, page de L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert.

histoire-alchimie-paris

 

histoire-alchimie-paris

Pierre tombale de Nicolas Flamel, figure de proue de l’Alchimie, 1418, Paris, Musée de Cluny. L’origine de sa fortune est toujours controversée.

histoire-alchimie-paris

D’après les férus d’alchimie, Paris regorge de symboles faisant références à cette discipline. Ici, le dragon de la fontaine Saint-Michel © Claude Roy Photographie

Vous en voulez plus ? Inscrivez-vous !
Pour recevoir LE MEILLEUR DU PARIS INSOLITE ET SECRET par mail