Recevez gratuitement notre carte des meilleurs resto romantiques de Paris !

X

Les lampadaires télescopiques du Pont du Carrousel

Pont_du_carrousel_paris_zigzag_cc_3

Moins renommé que son voisin le Pont des Arts, le Pont du Carrousel n’en est pas moins un lieu emblématique du quartier du Louvre. Ce pont construit entre 1935 et 1939 dans l’axe des guichets du Louvre est l’oeuvre chorale des ingénieurs Henri Lang et Jacques Morane et de l’architecte Gustave Umbdenstock. Les lampadaires qui bordent les extrémités de l’édifice sont, quant à eux, le fruit du travail de Raymond Subes, célèbre artiste-décorateur et ferronnier d’art des années 30. Intéressons-nous à l’histoire mouvementée de ces fameux lampadaires télescopiques

pont_carrousel_saints-pères_paris_zigzag

Le pont des Saints-Pères, démoli en 1937 pour laisser place au Pont du Carrousel ( © Hippolyte-Auguste Collard, 1883)

Un ingénieux dispositif au parcours semé d’embûches

Au moment de passer commande au ferronnier, le service des Ponts de Paris lui impose d’emblée deux exigences : les lampadaires ne doivent pas être trop modernes pour s’insérer dans l’architecture classique du quartier et ne doivent pas être plus grand que 13 mètres pour ne pas dépasser la toiture du Palais du Louvre situé à côté. Des conditions difficiles à satisfaire quand on sait que, dans le même temps, les réverbères doivent mesurer au moins 20 mètres pour ne pas éblouir les passants et automobilistes et illuminer la totalité du pont !

Mais Raymond Subes n’est pas du genre à se laisser arrêter par des détails techniques… Puisqu’on lui impose deux hauteurs différentes, il décide de créer des lampadaires dotés d’obélisques télescopiques qui coulissent : le jour, les lampadaires éteints se dresseront à 13 mètres de haut, la nuit, ils pourront s’élever jusqu’à 22 mètres.

Des candélabres clandestins…

Alors que le ferronnier travaille depuis presque trois ans sur son dispositif, l’entrée en guerre de la France contre l’Allemagne le 3 septembre 1939 interrompt brutalement ses travaux. C’est dans une France occupée par les allemands et dans le plus grand secret que l’artiste-ferronnier reprendra, un an plus tard, l’élaboration de ses réverbères.

Pont_du_carrousel_paris_zigzag_cc_1

L’un des quatre lampadaires du Pont du Carrousel en position basse, du côté Musée du Louvre.

Mais Raymond Subes n’est pas au bout de ses peines ! Ses quatre lampadaires terminés, il doit les dissimuler dans les évidements de culées du pont pour ne pas à avoir à les donner aux allemands qui récupèrent tous les stocks de cuivre pour l’industrie et l’armement. Les quatre immenses pylônes, constitués de 20 tonnes de cuivre et 40 tonnes d’acier, y resteront cachés jusqu’à la fin de la Seconde guerre mondiale.

…et défectueux !

À la Libération, Raymond Subes peut enfin installer les lampadaires télescopiques qui lui ont demandé tant de travail. Il fait rénover les piliers qui ont pris l’eau dans leur cachette, les met en place aux extrémités du pont et lance le dispositif télescopique… une fois ! Mal conçu, l’appareillage serait tombé en panne dès sa première utilisation pour certains, au bout de quelques années pour d’autres. Une chose est sûre, Raymond Subes ne verra plus jamais son dispositif fonctionner : la ville de Paris ne les fera restaurer que 50 ans plus tard, en 1999, dans le cadre des illuminations liées au passage à l’an 2000.

Pont_du_carrousel_paris_zigzag

(© soundlandscapes.com)

À lire également : les plus beaux réverbères de Paris.

Vous en voulez plus ? Inscrivez-vous !
Pour recevoir LE MEILLEUR DU PARIS INSOLITE ET SECRET par mail

Facebook
Twitter
Google+