Les tourtes à la chair humaine de l’île de la Cité

le-petit-poucet-gustave-dore

Au XIVe siècle, il existe dans la captiale des tourtes dont la réputation n’est plus à faire : ce sont tout simplement les meilleures. Dans tout Paris, on parle de la rue des Marmousets. On raconte que même le roi raffole des mets qui y sont présentés.

En 1387, deux chanoines décident de s’offrir un petit plaisir (après tout, est-ce que manger une tourte c’est péché ?) de chez ce pâtissier que toute la ville célèbre. Mais devant la boutique, ils reconnaissent le chien d’un pensionnaire qui a disparu depuis plusieurs jours : Gunthar. Le chien ne cesse de geindre et d’aboyer devant la vitrine. C’est un peu relou et tout le monde pense que l’animal est affamé, pourtant il refuse de manger quoi que ce soit. Et il pleure.

Lorsque la nuit tombe, les chanoines passent à nouveau devant la boutique et aperçoivent la lumière allumée et la cave ouverte. L’un d’entre eux, le plus téméraire, décide d’entrer et là quelle surprise ! Des carcasses humaines partout… Et puis surtout, il y a Gunthar, en plusieurs morceaux et prêt à être passé au hachoir.

Le secret de la saveur des fameuses tourtes ? De la chair humaine ! Le barbier de la rue et le pâtissier ont monté un vrai business. L’un découpe ses clients, l’autre les fait cuire et les vend. Par la suite, la rue des Marmousets a été détruite par Haussmann : jugée trop insalubre. La rue des Chanoinesses a pris sa place mais, rassurez-vous, on n’y trouve plus de succulentes tourtes à la viande humaine.

barbier-patissier-sanguinaire-rue-chanoinesse

Vous en voulez plus ? Inscrivez-vous !
Pour recevoir LE MEILLEUR DU PARIS INSOLITE ET SECRET par mail
Facebook
Twitter
Google+