Offrez la box insolite - Un cadeau ludique et culturel !

Les 5 lieux où la nature reprend ses droits à Paris

nature-paris-sauvage
Offrez la box insolite - Un cadeau ludique et culturel !

Oubliez tout ce que vous savez sur les jardins parisiens, tirés à quatre épingles et disciplinés « à la française », comme celui du Luxembourg ou des Tuileries. Il existe dans la capitale des espaces naturels où les jardiniers ne mettent jamais les pieds et où la faune et la flore, insoumises, évoluent à leur guise. De rares îlots de verdure coincés entre le bitume. Ici, la nature se fait libre et sauvage comme en forêt ou à la campagne. Un grand bol d’air pur ! Voici les 5 lieux parisiens où la nature a repris ses droits…

Le Jardin sauvage Saint-Vincent, Montmartre

jardin-saint-vincent-montmartre-nature

©paris.fr

Il faut avoir un peu de chance pour pouvoir pousser le portail du jardin sauvage Saint-Vincent, ouvert uniquement une à deux fois par mois d’avril à octobre. Mais une fois à l’intérieur, on réalise la rareté d’un tel lieu à Paris, sorte d’enclave secrète à deux pas des vignes de Montmartre et du Sacré-Coeur. Dans ce bel espace pentu de 2000m2, ronces, digitales, lierres, marronniers, sureaux, et autres arbustes ont pris leur place, tout naturellement durant des années. La ville l’avait laissé à l’abandon, livré à lui-même, avant de décider en 1987 de conserver et de protéger la biodiversité qui s’y était installée. Comme à la campagne, on y rencontre une mare et ses crapauds, une colonie d’insectes, des orties miraculeuses qui soulagent les rhumatismes, ou des moustiques qui nous piquent les jambes tandis que l’on se fraye un chemin parmi les herbes folles…

17 rue Saint-Vincent 75018 PARIS
Du 1er avril au 31 octobre, le premier dimanche de chaque mois de 10h30 à 12h30, et le troisième mercredi du mois de 14h30 à 16h30
.

Le jardin naturel du 20ème arrondissement

jardin-naturel-paris-paris20

Si les espaces verts parisiens sont trop guindés à votre goût, sachez que dans ce jardin du 20ème arrondissement, c’est un peu tout l’inverse : ici, pas d’arrosage ni de tonte, les plantes et les arbres se débrouillent seuls et évoluent en toute liberté, depuis 1995, date de sa création. Chênes, érables, fougères, fleurs sauvages, noisetiers… Tous ces végétaux, qui poussaient jadis dans la capitale, se partagent les 6300m2 de cet espace préservé en une joyeuse cacophonie. On traverse une mare aux nénuphars baignée de soleil, une prairie de fleurs ou un sous-bois, croisant de temps à autre la route d’habitants bienheureux comme des grenouilles ou des libellules. Certaines parcelles sont un peu sombres, mais ce jardin se laisse apprécier, à condition tout de même d’aimer voir la nature s’exprimer…

Rue de la Réunion, 75020

La petite ceinture

petite-ceinture-paris-nature-sauvage

À gauche, celle du 16ème arrondissement et à droite, celle du 15ème arrondissement /Myrabella, licence CC-BY-SA 3.0

La petite ceinture du 16ème arrondissement

En 1993, quand les trains ont arrêté d’emprunter la ligne d’Auteuil dans le 16ème arrondissement, les herbes folles, qui n’attendaient que cela, se sont rapidement frayé un chemin entre les rails, jusqu’à les coloniser. Aujourd’hui, ce tronçon de chemin de fer reliant la Porte d’Auteuil à la Muette est devenu un sentier Nature, long de plus d’un kilomètre. Une promenade confidentielle, à l’abri de la circulation, ponctuée par six étapes pédagogiques pour apprendre à observer plantes grimpantes, fougères, papillons, oiseaux, et autres représentants de la biodiversité francilienne.

Accès face au 77 boulevard de Montmorency
Ou face à la rue du Ranelagh
Ou face au 36 boulevard de Beauséjour

La petite ceinture du 15ème arrondissement

La poésie n’est pas toujours où on l’attend. Et il y en a beaucoup sur les anciennes voies ferrées du 15ème arrondissement, qui s’étendent de la rue Olivier de Serres à la Place Balard. Jadis, ces rails servaient à desservir les usines Citroën et les abattoirs de Vaugirard et ce fut un incessant ballet de trains jusque dans les années 1970. Aujourd’hui, si le paysage reste urbain avec les immeubles avoisinants, les rails, les ponts ou encore les murets, la nature a repris sa place : comme en forêt, on y admire des chauves-souris et on y part à la cueillette de fraises des bois ou de mûres. Pour garantir la protection des 220 espèces de végétaux et d’animaux, la promenade n’est possible que sur un tronçon d’1,3 kilomètre. Bien suffisant pour prendre une bouffée d’oxygène…

Accès face au 99 rue Olivier de Serres
Au 397ter-399 rue de Vaugirard
Ou face au 82 rue Desnouettes

Le Jardin écologique du Jardin des Plantes

jardin-ecologique-paris-plantes

©jardindesplantes.net

À priori, le Jardin des Plantes est l’endroit où l’on est susceptible de croiser le plus de jardiniers au mètre carré à Paris ! Pourtant, une parcelle de cet immense jardin a longtemps été préservée des arrosages, coups de sécateurs et autres interventions humaines : le jardin écologique. Fermé au public de 1960 à 1982, cet espace a rapidement été reconquis par la nature sauvage, qui l’a transformé en friche et en sous-bois. Aujourd’hui, les écoliers parisiens viennent s’y initier à l’écologie et à la biodiversité des milieux forestiers et sauvages d’Île de France, et observer insectes, mollusques, petits mammifères et plantes messicoles, comprenez « qui poussent habituellement dans les champs de céréales »…

57, rue Cuvier, 75005

Vous en voulez plus ? Inscrivez-vous !
Pour recevoir LE MEILLEUR DU PARIS INSOLITE ET SECRET par mail

Article du 10 décembre 2016

Facebook
Twitter
Google+