Les trésors cachés du 20e arrondissement

Campagne à Paris @cbuiron

C’est l’un des nombreux charmes du 20e arrondissement : tomber, totalement par hasard, sur un petit endroit caché qui nous fera dire « Wahouuu, on ne se croirait vraiment pas à Paris ! ». Des petites artères bordées de maisonnées et de jardins arborés, des allées étroites et pavées, un calme olympien : tout pourrait nous faire croire qu’on est en province ou en banlieue, mais non, on est à deux pas du métro et à quelques centaines de mètres du boucan parisien. Bien sûr, tous les arrondissements nous cachent des petites cités, ruelles ou villas. Mais il faut dire que le 20e et ses habitants sont particulièrement bien servis ! Tour d’horizon de ces pépites.

La villa du Borrégo

La villa du Borrégo a été ouverte en 1909. Difficile de se l’imaginer, mais on se trouve ici dans une des capitales les plus dynamiques du monde… Sa végétation, son calme, l’étroitesse de la voie, les maisons et les jardins pourraient plutôt nous faire croire que l’on est dans une jolie petite ville à la campagne, à mille lieues de Paris !

@sameurlifestyle / Instagram

@sameurlifestyle / Instagram

Villa du Borrégo – accès au niveau du 33 rue du Borrégo
Métro : Saint-Fargeau

La rue Laurence-Savart

Située à deux pas de La Belleviloise, la rue Laurence-Savart fait partie de ces voies typiques de l’ancien village de Ménilmontant. Large d’à peine 10 mètres, ponctuée de maisons ou immeubles ne dépassant jamais les trois étages, la rue Laurence-Savart a été ouverte à la fin du XIXe siècle, et porte le nom de la fille de Pierre Claude, le viticulteur qui a fait percer la rue.

@saraah.mau / Instagram

@saraah.mau / Instagram

Rue Laurence-Savart - accès au niveau du 18 rue Boyer
Métro : Gambetta

La villa Castel 

Verdoyante et préservée du tumulte parisien, la villa Castel est dissimulée par une grande porte en fer qui, malheureusement, bloque parfois l’entrée aux promeneurs. La villa, ponctuée d’une enfilade de petites maisonnées en brique rouge, est surtout connue pour être l’un des lieux de tournage du célèbre film de François Truffaut, Jules et Jim. L’ensemble est on ne peut plus dépaysant.

@p.t.pflaum75 / Instagram

@p.t.pflaum75 / Instagram

Villa Castel - accès au niveau du 16 rue de Transvaal
Métro : Pyrénées

La villa Riberolle

Principalement composée d’anciens ateliers industriels du 19e siècle, cette petite ruelle pavée se cache à deux pas du cimetière du Père-Lachaise et offre une vue étonnante sur quelques tombes de ce gigantesque musée à ciel ouvert. Aujourd’hui, la rue abrite encore, et ce depuis 1973, l’une des dernières entreprises industrielles de sablage de verre et de métal de la capitale. Quoique vieillissante, cette rue a conservé tout son charme au fil des ans !

@tomasrosso15 / Instagram

@tomasrosso15 / Instagram

Villa Riberolle - accès au niveau du 35 rue de Bagnolet
Métro : Alexandre Dumas

La campagne à Paris 

La campagne à Paris est sans nul doute le rêve de tout Parisien : un ensemble de rues qui fleure bon la Province, des petits jardins plantés de lilas, des rues pavées… Dans ce quartier verdoyant construit par une société coopérative d’habitations à bon marché au début du XXe siècle, on retrouve tout l’esprit des lotissements résidentiels du début du 20e siècle. Calme et dépaysement vous y attendent !

@cbuiron / Instagram

@cbuiron / Instagram

La campagne à Paris - accès par la rue Geo-Chavez
Métro : Porte de Bagnolet

À lire également : Les trésors cachés du 11e arrondissement

Crédit photo de Une : @cbuiron / Instagram