fbpx

Connaissez-vous ce restaurant historique de Paris à la réputation sulfureuse datant de 1766 ? Un décor digne de Versailles...

Restaurant Lapérouse © Alamy
Par Alexandre M

Le restaurant est un sujet sacré, encore plus en France, capitale de la gastronomie, et à Paris. Chic, authentique, concept, révolutionnaire, gastronomique ou traditionnel… les établissements sont tellement nombreux et variés dans la capitale qu’il y en a forcément un pour tous les goûts. Et lorsque le restaurant possède en plus une histoire vieille de plusieurs décennies, voire siècles, on ne peut pas passer à côté. Lorsque vous passez devant cet établissement du 51 Quai des Grands Augustins à la façade bleue et ses boiseries impeccables, vous n’imaginez pas forcément que près de 300 ans d’histoire se cachent derrière cette porte…

https://f.info.pariszigzag.com/f/p?q=n4l6TIJ-xaXwmPcVukeg0JIv3j35jY1Hp2d9b9w0MxToUZjbYmkjQJFGucEje1zlUsrplyzy9fTMEuGtw5Uuk4PoGLToiAdX7q7gCE5Ygds9xBhdFqorr2qPLhut1rdkUQO0aAGCidqra1GnWkoTHPimgWFOY7qWJPEXp_zcUbNP0UkwaMecwb0zO5uuH0rpRjwOw5fN0JrNnvIqari3wp9gPUvD1NMV1aFunX5bGC1780yCJ0nq4OqSUdUqIc4l

Quand le Tout-Paris se pressait dans cette ancienne boutique de vin

Cet établissement, c’est le restaurant Lapérouse, véritable joyau du patrimoine culturel et historique de la Ville Lumière. Un lieu dont les grands débuts remontent à 1766. lorsqu’un certain monsieur Lefèvre, limonadier ayant fait fortune auprès de la cour du roi Louis XV, place ses gains en rachetant un petit hôtel particulier sur les quais de Seine, entre la place Saint Michel et le Pont Neuf. Situé en face du marché de la Vallée, spécialisé dans la volaille et le gibier, le local devient un marchand de vin et petit restaurateur. Très vite, l’établissement connaît un franc succès et le restaurant est fréquenté par les mandataires du marché, les employés et les clients qui s’y livrent en grandes ripailles et joyeuses beuveries. La criminalité étant importante à l’époque, Lefèvre décide de mettre à la disposition de sa clientèle les chambres de domestiques du 1 er étage : les fameux salons de Lapérouse sont nés. 100 ans plus tard, le nouveau propriétaire des lieux se nomme Jules Lapérouse, tout comme le célèbre explorateur Jean-François La Pérouse avec qui il partage le patronyme, à qui il rend hommage en faisant apposer à l’angle de l’immeuble une peinture représentant le galion de l’aventurier. À cette époque, la popularité du restaurant devenu officiellement Lapérouse est plus forte que jamais, et le Tout-Paris littéraire, politique et galant s’y presse, comme en témoignent les petits portraits accrochés aux murs de George Sand, Émile Zola, Gustave Flaubert, Victor Hugo, Charles Baudelaire, Guy de Maupassant ou encore Alfred de Musset.

Un lieu prisé par les sénateurs de l’époque… mais pas pour la politique !

C’est bien simple, on ne compte plus les grandes personnalités historiques qui ont élu domicile à Lapérouse. Entre la fin du XIXe siècle et la Première guerre mondiale, le restaurant devient pratiquement un salon littéraire, avant d’élargir sa clientèle en accueillant des notables, des personnalités politiques et des hommes d’affaires. Les petits salons deviennent même le repaire des amours clandestins, où les sénateurs retrouvent secrètement leurs courtisanes comme Caroline Otero ou Liane de Pougy. Des scènes étonnantes dont il reste des traces aujourd’hui : les griffures sur les miroirs, faites avec les pierres précieuses pour attester de leur valeur. En plus de la légende selon laquelle les sénateurs y rejoignaient leur maîtresse par un petit souterrain reliant le salon au Sénat, c’est dans ce restaurant mythique que serait née l’expression “se taper la cloche”. La configuration architecturale des salons voyait les hommes en hauts-de-forme se cogner la tête dans l’embrasure des portes. Si l’architecture peut faire souffrir, la décoration a quant à elle de quoi émerveiller. Au rez-de-chaussée, de superbes portraits de femmes en tenue Belle Époque sont disposés tandis que le haut de la façade est décoré de blasons avec un sarment de vigne et une couronne, comme pour rendre hommage au premier magasin. Sans oublier ces fameux lampadaires peints en bleu et or, qui confèrent ce charme authentique à la façade.

L’un des salons privés du restaurant Lapérouse © Alamy 
L’un des salons privés du restaurant Lapérouse © Alamy

inscription

Le paradis pour les amoureux de gastronomie et de bon vin

Véritable source d’inspiration pour Honoré de Balzac dans son roman-feuilleton La Maison Nucingen ou Marcel Proust pour Recherche du temps perdu, jusqu’à  Woody Allen plus récemment pour son film Midnight in Paris, Lapérouse n’en reste pas moins un excellent restaurant où l’on vient, aussi, déguster des plats savoureux. N’oublions qu’il s’agit du premier restaurant à avoir obtenu une troisième étoile Michelin, en 1933. Le vin reste indissociablement lié à l’établissement et l’on peut toujours trouver sa préférence parmi les 12 000 bouteilles conservées dans la cave de 300m². L’embarras du choix pour accompagner du pâté en croûte de canard au foie gras, du saumon fumé, de la dorade royale flambée à l’absinthe ou des rigatonis à la truffe. Parmi les grands classiques de la maison, difficile de passer à côté du bœuf Wellington, le même plat qui fut servi en mai 1940 à un certain Winston Churchill. En grand amoureux de Lapérouse, Frédéric Beigbeder a écrit que “certains restaurants vivent plus longtemps que nous” et que l’on pourrait “condenser trois siècles de Paris sans sortir du 51 quai des Grands Augustins”. Comme une déclaration d’amour idéale à cet établissement adorée du tout-Paris depuis toujours.

Un salon privé pour dîner dans le temps avec Zola, Hugo ou Hemingway © Matthieu Salvaing
Un salon privé pour dîner dans le temps avec Zola, Hugo ou Hemingway © Matthieu Salvaing

 

Lapérouse
51 Quai des Grands Augustins
75006 Paris

 

À lire également : Le restaurant triplement étoilé que tous les Parisiens rêvent de tester un jour

Image à la une : Restaurant Lapérouse © Alamy

https://f.info.pariszigzag.com/f/p?q=n4l6TIJ-xaXwmPcVukeg0JIv3j35jY1Hp2d9b9w0MxToUZjbYmkjQJFGucEje1zlUsrplyzy9fTMEuGtw5Uuk4PoGLToiAdX7q7gCE5Ygds9xBhdFqorr2qPLhut1rdkUQO0aAGCidqra1GnWkoTHPimgWFOY7qWJPEXp_zcUbNP0UkwaMecwb0zO5uuH0rpRjwOw5fN0JrNnvIqari3wp9gPUvD1NMV1aFunX5bGC1780yCJ0nq4OqSUdUqIc4l