Déjà étoilé en 2006 pour son premier restaurant gastronomique en Haute-Loire, le chef François Gagnaire a décidé en 2015 de quitter sa région natale pour se lancer dans un nouveau défi : offrir une parenthèse auvergnate aux Parisiens de passage du côté de la rue du Cherche-Midi. L’objectif ? Mettre à l’honneur son terroir et les produits de sa région dans la capitale. Anicia offre ainsi une véritable halte au cœur de l’Auvergne grâce à une cuisine 100 % nature et engagée. Circuits courts, viandes françaises issues de l’élevage raisonné, sélection minutieuse des producteurs, pêche de petits bateaux… Grâce à de multiples efforts en faveur de l’environnement, l’établissement bénéficie aujourd’hui du label Écotable.

Anicia : lentille verte et Puy-en-Velay

Le nom Anicia n’a pas été choisi au hasard et traduit l’identité de l’établissement. Anicia, c’est d’abord le nom latin de l’ancienne ville romaine du Puy-en-Velay où François Gagnaire est né. C’est aussi la variété cultivée pour la Lentille verte du Puy (première légumineuse AOP) que le chef s’attache à réinterpréter de l’entrée au dessert.

Réinterpréter les spécialités auvergnates

Revisiter les spécialités auvergnates de façon raffinée, c’est là tout le concept d’Anicia. À commencer par la signature du chef : le Caviar du Velay® (18€) où les lentilles vertes remplacent les œufs d’esturgeon. Pour l’accompagner, de subtils blinis à la farine… de lentilles toujours. Une entrée en matière réussie ! 

Pour continuer cette escapade en terre auvergnate, la Pastorale (24€) fait partie des incontournables. Celle-ci peut contenir jusqu’à 25 fruits et légumes de saison différents, sublimés par un assaisonnement juste et précis. À la carte (été), on retrouve également une bouillabaisse au safran de Velay (25€) ou un dos de canette rôtie et déglacée au verjus (27€).

Clôturez ce voyage dans les règles de l’art, en vous offrant un plateau de fromages paysans au lait cru (10€), dont certains sont affinés aux Artisous (spécialité  typique de Haute-Loire où la croûte du fromage est façonnée par des acariens). Les desserts ne font pas exception : le terroir du chef continue d’être mis à l’honneur, que ce soit avec les excellentes meules de foin (il fallait oser !) du Mézenc délicatement déposées sur une confiture de lait (10€) ou avec la tarte fine lentilles et myrtilles sauvages “version 2021” (10€). 

Un déjeuner, et plus si affinités

Si Anicia est une adresse incontournable pour s’offrir une échappée auvergnate lors d’un déjeuner bistronomique, le restaurant s’impose aussi comme une table de choix pour profiter d’un dîner gastronomique. Et pour satisfaire les plus gourmands, Anicia se transforme, à partir de 15h, en salon de thé. Au menu, des gourmandises revisitées aux saveurs auvergnates : madeleines au miel, glaces et sorbets artisanaux, petits choux à la verveine ou flan à la farine de lentilles, le tout ponctué de boissons fraîches et chaudes. Anicia a définitivement tout pour nous plaire ! 

97 rue du Cherche-Midi, 75006
Lundi de 12h à 14h30
Du mardi au samedi de 12h à 21h30

À lire également : Les meilleurs restaurants auvergnats de Paris

Sirine Errammach

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités