Les plus beaux restaurants de la Belle Époque

train-bleu-restaurant-ancien
Mis à jour en août 2016

À la Belle Époque, au début du XXème siècle, on ne reculait devant rien lorsqu’il s’agissait d’embellir et de décorer. Alors que l’Art Nouveau, en vogue, rend populaire les représentations de végétaux pour l’ornement, l’Art Déco, qui en est à son frétillement, répand comme une traînée de poudre ses motifs géométriques voire symétriques. Les restaurants rivalisent de beauté avec des mosaïques, des verrières, des colonnes et des fresques stupéfiantes. Immersion dans 5 restaurants de cette période, où les artistes du tout Paris aimaient s’encanailler !

FERMETTE MARBEUF

On y vient pour déguster un feuilleté d’escargots ou un soufflé au Grand Marnier, les deux spécialités de la maison. Mais il n’y a pas que dans l’assiette que ce restaurant nous régale ! Sa décoration Art Nouveau a aussi de quoi nous faire tourner la tête ! Avec l’immense verrière de 1898 qui recouvre entièrement sa grande salle ainsi que ses couleurs printanières, l’endroit est rafraîchissant et bucolique. Sur ses murs, on admire cinq mille carreaux de céramique constituant des décors champêtres, ainsi qu’une reproduction de Botticelli, qui nous plonge au temps de la Renaissance italienne. L’autre salle, la salle Fermette, est la gardienne de l’histoire du lieu, puisque c’est là, à l’origine en 1898, que les convives étaient invités à s’installer…
5 rue Marbeuf, 75008

marbeuf-restaurant-paris

Raoul Dobremel licence CC-BY-SA 3.0

marbeuf-fermette-restaurant-paris

©site officiel Fermette Marbeuf

BRASSERIE JULIEN

Au début du 20ème siècle, la brasserie Julien était un « bouillon » populaire, fréquenté par Édith Piaf et ses amis. On imagine bien la Môme héler les serveurs, accoudée au magnifique bar en acajou, ou adossée aux colonnes du restaurant. Comme elle, on se laisse facilement séduire par l’âme du lieu, et le raffinement de ses ornements : dès l’entrée, ses sublimes moulures, ses miroirs, ses faïences au sol et ses trois verrières nous laissent d’emblée bouche bée. Si l’on observe bien, on reconnaît des paons et des fleurs sur les murs et des hérons au plafond, mais ce sont surtout les femmes en pâte de verre de Louis Trézel qui font la renommée du lieu : quatre nymphes toutes en fleurs, pour représenter les quatre saisons, qui en font la brasserie la plus féminine de Paris, contrairement à ce que laisse penser son nom…
16 rue du Faubourg Saint-Denis, 75010

brasserie-julien-paris-restaurant

©julienparis.com

brasserie-julien-nymphe

©facebook brasserie Julien

LE TRAIN BLEU

Quoi de plus romantique qu’une ambiance de hall de gare rétro-chic ? C’est sûr, votre prochain rendez-vous galant, c’est au Train bleu, juste au dessus des quais de la gare de Lyon, que vous le passerez. Vous prendrez un peu d’avance pour découvrir les escaliers, les lustres, puis les dorures et les boiseries qui recouvrent les murs de ce restaurant. Puis vous vous assiérez sur l’une des banquettes bleues de la grande salle pour admirer les plafonds ornés de peintures néoclassiques. Le moment idéal pour vous rappeler que l’endroit, construit dans le cadre de l’Exposition Universelle en 1900 par l’architecte Marius Toudoire, a été fréquenté par de grandes vedettes comme Brigitte Bardot, Jean Cocteau, Colette, ou encore Marcel Pagnol, et qu’il a souvent séduit les réalisateurs, qui y ont tourné des scènes de rencontres culte…
Gare de Lyon Place Louis Armand 75012

train-bleu-restaurant-ancien

restaurant-train-bleu-paris-gare

LA COUPOLE

La Coupole naît en 1927, pendant les Années folles, sous l’impulsion de Ernest Fraux et René Lafon, deux Auvergnats ambitieux qui veulent construire le plus grand restaurant de Paris ! Résultat : 800m2 au sol et deux étages, soutenus par trente-deux immenses piliers Art Déco, classés monuments historiques. En toile de fond de l’incessant ballet de plateaux de fruits de mer, une immense salle à la décoration splendide faite de miroirs, de mosaïques d’inspiration cubiste, de boiseries en citronnier. Une richesse qui a attiré les plus grands artistes, comme les peintres Léger, Picasso, Matisse, mais aussi Aragon, Sartre et Joséphine Baker ! Aujourd’hui, on y vient s’imprégner de ce passé artistique si fécond, mais aussi constater que le restaurant reste un lieu de création, comme le prouve la magnifique œuvre contemporaine à quatre mains, réalisée en 2008 sur le plafond.
102 Bd du Montparnasse 75014

coupole-restaurant-paris-ancien

restaurant-coupole-paris-montparnasse

L’ESCARGOT DE MONTORGUEIL

Avec son gros escargot doré en guise d’enseigne, vous ne pourrez pas rater l’entrée de ce lieu, qui sait se faire remarquer ! À l’intérieur, le style de ce restaurant de 1832 pris en main par le fondateur de la Tour d’argent en 1919, est inimitable : ce qui frappe en premier, c’est certainement le plafond de l’entrée peint par Pierre-Eugène Clairin, puis les imposantes boiseries travaillées de la grande salle Empire du rez-de-chaussée ! On note ensuite son magnifique escalier métallique en colimaçon, ses larges banquettes, son lustre majestueux etc, autant de détails caractéristiques des années 30. Anciennement nommé L’Escargot d’or, la brasserie est aujourd’hui un repère très chic pour amateurs d’escargots et de cuisses de grenouilles.
38, rue Montorgueil, 75001

escargot-restaurant-montorgueil

Roberto Ventre licence CC-BY-SA 2.0

escargot-restaurant-montorgueil-paris