Des combats festifs de rats dans le « ratodrome » de Paris !

ratodrome-paris-zigzag

Oubliez les combats de coqs et les salles de jeu clandestines ! Il fut un temps où le tout-Paris souterrain se ruait au « Ratodrome » pour assister à des affrontements vigoureux entre chiens et rats. Ce lieu insolite qui a attiré son lot de curieux, de journalistes ou de parieurs invétérés est la création d’un certain Gustave Xhrouet.

M. Gustave, comme on l’appelait, a comme qui dirait fait des rats sa raison de vivre ! Dès l’adolescence, il se fut déjà une réputation grâce aux rongeurs. En effet, la pénurie alimentaire due au siège de Paris par les Prussiens en 1870 poussa les Parisiens à manger toutes sortes d’animaux plus que répugnants parmi lesquels les fameux rats. C’est alors à l’âge de 17 ans qu’il devint un très habile chasseur de bestioles et qu’il en fit tout un fructueux commerce.

gustave-xhrouet-paris-zigzag

Gustave Xhrouet

Mais sa renommée pris une autre dimension lorsqu’il ouvrit le Ratodrome de Paris, pour lequel les foules se déplacèrent en masse ! Le principe était simple mais cruel : on lâchait un chien dans une cage infestée de rongeurs terrorisés sous le joug du chronomètre. On vous laisse imaginer la suite… Monsieur Gustave, homme d’affaires créatif, proposa même des variantes au carnage comme celle du pot de fleurs : un rat sous un pot retourné parmi 6, mettant à l’épreuve le flair du chien.

gravure-ratodrome-paris-zigzag

Outre le but lucratif que pouvait représenter cette maltraitance animale sous couvert de l’appellation de « combats festifs », Gustave Xhrouet s’est donné pour but, et pour bonne conscience, d’aider à dératiser la ville au moment où la surpopulation de rongeurs fait rage. Allier l’utile à l’agréable en somme.

Le Ratodrome finira par dépérir en parallèle du début de la Première Guerre Mondiale. M. Gustave mis sa pierre à l’édifice grâce à ses talents puisqu’il aida l’armée française à débarrasser les tranchées des nombreux rats qui les peuplaient.

À lire également :
Dans le quotidien des écoliers parisiens avant 1950
Comment était Paris avant 1900 ?