Les Champs-Élysées, du marécage à la plus belle avenue du Monde

ChampsElysee02

Il y a tout ce que vous voulez aux Champs-Elysées chantait Joe Dassin. Oui, aujourd’hui peut-être mais il n’en a pas toujours été ainsi ! Que diriez-vous de remonter le temps ? Suivez-nous à une époque où la plus belle avenue du monde n’était qu’un marécage…

Des marécages transformés en promenade

Des marécages, des friches et des cultures. Voici ce qu’étaient les Champs-Elysées il y a près de quatre siècles. En 1670, Louis XIV demande à Le Nôtre, jardinier à l’origine des jardins du Château de Versailles, d’aménager cette zone inhabitée. Le jardinier du roi trace alors, dans le prolongement des Tuileries, une grande allée bordée d’arbres et de pelouses qui va de la future place de la Concorde à l’actuel rond-point des Champs-Elysées. Elle sera successivement appelée le Grand Cours, la Grande Allée du Roule, l’avenue de la Grille Royale et l’avenue du Palais des Tuileries. La dénomination Champs-Elysées, qui apparaît en 1694, est officialisée en 1709. Un an plus tard, le duc d’Antin, surintendant des Bâtiments du Roi, prolonge l’avenue jusqu’à l’Étoile de Chaillot, future place de l’Étoile.

Paris.champs.elysee1890

Dès débuts de l’urbanisation…

L’histoire urbaine de l’avenue commence en 1765, lorsque Louis XV autorise la construction de bâtiments de part et d’autre des Champs. Cinq ans plus tard, le marquis de Marigny fait tracer les allées qui deviendront les avenues de Marigny et Matignon ainsi que l’allée des Veuves, future avenue Montaigne. Il élargit et prolonge les Champs Elysées jusqu’à l’actuel pont de Neuilly.

Toutefois, malgré tout ces investissements, l’avenue reste mal aimée… Sa population, constituée de bandits et de prostituées, attirée par les guinguettes bas de gamme, décourage la bourgeoisie de venir flâner sous les ormes ou de fréquenter les nouveaux lieux du quartier. Pour exemple, le Colisée, un fastueux parc de loisirs destiné à accueillir de prestigieuses fêtes et spectacles ouvre en 1771… mais fait faillite en seulement 9 ans à cause du manque de fréquentation.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

… au début de la gloire

L’avenue des Champs-Élysées ne prendra réellement de l’importance qu’à partir de la Révolution Française. Le 25 juin 1791, c’est par là que l’on ramène le roi et sa famille après la fuite à Varennes. Sous le Directoire, l’avenue est élargie et les guinguettes sont fermées. Elles seront remplacées par des restaurants et des cafés luxueux comme celui de Dupe. C’est le premier restaurant de l’avenue qui attirera toutes les célébrités du moment.

Les Champs-Elysées deviennent enfin une élégante promenade qui permet d’aller prendre le frais à Longchamp sur les terrains de l’ancienne Abbaye. Ces promenades deviennent alors un prétexte à la frime. C’est à qui aura la plus belle voiture, les chevaux les plus en forme, le plus beau costume, la plus belle robe…

1chelysc5

La consécration

L’arrivée du Second Empire va à nouveau bouleverser la physionomie du quartier. Les immeubles et hôtels particuliers envahissent petit à petit l’avenue, le Palais de l’Industrie est inauguré par Napoléon III le 15 mai 1855 dans le cadre de la première exposition universelle parisienne. Il sera utilisé pour deux autres éditions, celles de 1878 et 1889, avant d’être détruit à partir de 1896 pour laisser la place aux Petit et Grand Palais. Ce dernier sera inauguré le 1er mai 1900 par le Président de la République, Emile Loubet.

Quant aux Champs-Elysées, ils brilleront de tous leurs feux jusqu’à la fin du XXe siècle.