Jacques Bonsergent, tout premier civil exécuté sous l’Occupation

jacques bonsergent paris zigag

La croix gammée flotte sur la Tour Eiffel le 14 juin 1940 : les Allemands ont envahi Paris. Malgré l’Occupation, les nazis tiennent à maintenir une paix civile. Les Parisiens ne doivent pas trop sortir de chez eux, des immeubles sont réquisitionnés, les horloges sont réglées sur l’heure allemande… Pendant plusieurs mois, les Allemands n’utiliseront pas leurs armes. Tout change après l’arrestation d’un jeune homme dénommé Jacques Bonsergent.

Buste Jacques Bonsergent Paris Zig Zag

© Jean GUERIN

Exécuté pour une banale bousculade…

Nous sommes le dimanche 10 novembre 1940. Jacques Marie Georges Bonsergent, jeune élève de l’École nationale supérieure d’arts et métiers d’Angers, marche avec six de ses amis à proximité de la gare Saint-Lazare. Parmi eux se trouve un couple marié la veille. Un sous-officier allemand passe alors et, ivre, essaye de saisir la jeune mariée par la taille. Son époux, pour la protéger, fait tomber le soldat en lui donnant un gros coup de poing. Jacques s’interpose pour calmer la situation alors que le reste de la bande d’amis se disperse dans la nuit.

Si le groupe d’amis parvient à s’enfuir, des soldats finissent par arrêter le jeune homme au niveau de la place de la Trinité et l’emmènent à la prison du Cherche-Midi. Après des multiples interrogatoires au cours desquels il n’a pas voulu divulguer le nom de son ami, il est  condamné à mort le 5 décembre 1940. Il est fusillé au fort de Vincennes 18 jours plus tard, pour l’exemple. On considère son courage comme le premier acte de résistance parisien.

Jacques Bonsergent Paris ZigZag

En hommage à cet homme qui a été le premier à se faire exécuter par les Allemands pendant l’Occupation, la station de métro « Lancry » est renommée le 10 février 1946 « Jacques Bonsergent ».