Le Paris des francs-maçons

franc-maconnerie-symboles

Société secrète, secte, lobby… autant d’expressions entendues à travers les siècles pour parler de la franc-maçonnerie. Ce qui est sûr, c’est que ce sujet passionne les foules depuis bientôt 300 ans ! Et que Paris porte encore aujourd’hui, au fil de ses rues, ses façades, ses bâtiments publics ou privés, la trace d’un passé maçonnique fort.

Des origines anglaises

L’histoire de la franc-maçonnerie moderne, c’est-à-dire en tant que société de réflexion et de pensée, débute en Angleterre dans les années 1620. Elle se développe en France une centaine d’années plus tard avec la création de la Grande Loge de France en 1728. Depuis, nombreux sont les grands hommes français à avoir rejoint le mouvement, de Voltaire à La Fayette en passant par Jules Ferry ou encore Camille Desmoulins… Actuellement, on estime qu’il y a plus de 150 000 membres en France !

paris-francs-maçons

© Jem Productions

Ils ont apporté leur pierre à l’édifice

Au fil du temps, les francs-maçons ont contribué à la construction de notre société, par leurs idées et leurs combats. Parmi cet héritage, on compte le Code civil, rédigé par Jean-Jacques Régis de Cambacérès ; l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises, dont le décret a été adopté grâce à Victor Schoelcher ; l’émancipation des femmes, portée par le combat de Maria Desraimes ; l’enseignement laïc, gratuit et obligatoire, mis en place par Jules Ferry…

Une signature discrète

Plusieurs d’entre eux ont, par ailleurs, laissé une empreinte visible sur la capitale, à travers des symboles, plus ou moins ostentatoires, disséminés ça et là, aux yeux tous…mais pouvant seulement être déchiffrés par les initiés. Ces signes peuvent être vus comme des signatures, des clins d’œil, ils sont présents partout et prennent des formes variées  :

Au 12 rue de Buci, dans le 6ème arrondissement, le passant remarque une étoile dite « flamboyante » : il apprend ainsi où se situait la première loge (groupe de francs-maçons) officielle de Paris, créée en 1732. Du nom de « Saint-Thomas », elle était connue pour les grands banquets qui clôturaient ses réunions.

paris-francs-maçons-2

© L’Express.fr

- Discrètement dissimulée dans le petit square Paul Langevin (5ème), une frise présente un compas, une équerre (à gauche), un triangle, un fil à plomb (à droite)…autant de symboles francs-maçons qui rappellent que Paul Langevin était un grand humaniste qui participa à de nombreux travaux maçonniques en particulier au Grand Orient de France (la plus importante obédience maçonnique de France). Ce décor est un vestige d’un bâtiment de l’Exposition Universelle de 1889, le Palais de l’industrie.

signes-francs-maçons-paris

© Paris Bise Art

– Sur la statue de la République du quai Malaquais (6ème), effectuée par le sculpteur Jean-François Soitoux en 1850, on remarque une ruche (symbole du travail collectif) mais aussi une couronne à étoile, un glaive et un niveau : tous ces signes expriment une très forte proximité entre la franc-maçonnerie et la République, d’autant que cette œuvre est la première représentation officielle de la République !

francs-maçonnerie-paris

© Statues de Paris

Que cela soit dans les jardins publics, les passages couverts ou encore les tombes des cimetières parisiens… ouvrez l’œil ! Et pour découvrir l’histoire des francs-maçons et de leurs symboles, participez à notre visite du Paris des francs-maçons !

Les 3 points à retenir

– La franc-maçonnerie moderne est née en Angleterre au 17ème siècle et s’est développée en France au 18ème siècle
– Les franc-maçons ont laissé un héritage considérable, tant sur le plan social que politique, culturel ou encore architectural
– Aujourd’hui encore, on peut voir de nombreux symboles et signes francs-maçonniques dans les rues de Paris

Vous en voulez plus ? Inscrivez-vous !
Pour recevoir LE MEILLEUR DU PARIS INSOLITE ET SECRET par mail