Les peintures trop osées de l’église Saint-Vincent de Paul

Eglise Saint Vincent de Paul

Surplombant la place Franz Liszt, l’église Saint-Vincent de Paul nous ravit de sa présence dans le 10e arrondissement depuis son achèvement en 1844. Mais cet édifice bien implanté sur sa butte cache une histoire révélatrice de la pudibonderie de nos ancêtres ! On vous la raconte.

Sept plaques qui offensent les habitants de tout un quartier

Classée monument historique depuis 2017, l’église Saint-Vincent de Paul est reconnaissable grâce à ses deux clochers et son portique, doté d’un fronton triangulaire et de colonnades. Pourtant, les détails les plus intéressants de cet édifice néo-classique se trouvent sur sa façade : sept plaques de lave émaillée, exécutées par le peintre Jules Jollivet et réparties autour de la porte principale de l’édifice. Pourquoi sont-elles si importantes ? Car elles ont provoqué un scandale sans précédent lors de leur installation en 1860.

Trop osées, trop colorées, corps trop dénudés, personnages trop sensuels… Les raisons sont diverses, mais, en 1860, tout le monde s’accorde à trouver scandaleuses ces sept plaques représentant des scènes bibliques. « Les peintures sont, quant à la forme, fort inconvenantes, et sont dégoûtantes à la porte d’une église où une jeune fille doit pouvoir tout expliquer et tout regarder » écrira par exemple un paroissien dans une lettre à son curé. En 1861, le scandale est tel que les tableaux sont tout bonnement retirés… et oubliés de tous pendant plus de 130 ans dans un dépôt de la Ville de Paris.

Il faudra attendre 1998 pour les voir sortir à nouveau de leur boîte et 2011 pour qu’ils soient replacés à leur endroit initial, sur la façade de l’église Saint-Vincent de Paul. On peut aujourd’hui les découvrir tels qu’ils étaient en 1860… Et, franchement, y a pas de quoi faire un scandale.

Eglise Saint Vincent de Paul Laves

© Barbara Strobel / hv10.org

Église Saint-Vincent de Paul – Place Franz Lizst, 75010
Métro : Poissonnière (ligne 7)

À lire également : La scandaleuse tombe d’Oscar Wilde au Père Lachaise

Crédit photo de Une : @kaisdhbi / Instagram