Les secrets du Pont Alexandre III

Pont Alexandre III

Le pont Alexandre III est sans doute le plus majestueux de tous les ponts parisiens. Ce pont qui relie l’esplanade des Invalides aux Petit et grand Palais possède une ornementation monumentale et une histoire atypique. On vous dit tout.

Un symbole de l’alliance franco-russe

Inauguré lors de l’Exposition universelle de 1900, le pont Alexandre III est avant tout pensé comme une arme politique et diplomatique. La construction de cet ouvrage d’art a en effet été décidée dans le cadre de la signature de l’alliance militaire et économique, conclue en 1891 entre la France et la Russie. Il s’agissait alors de montrer, par la beauté d’un tel ouvrage d’art, la force de l’alliance franco-russe. La symbolique du pont établi entre les deux pays étant évidemment dans toutes les têtes…

Pont Alexandre III

Mort en 1894, Alexandre III ne verra jamais le pont qui porte aujourd’hui son nom. C’est son fils, le Tsar Nicolas II, qui posera, en 1896, la première pierre de cet ouvrage d’art monumental. En 1903, c’est au tour du pont de la Trinité d’être inauguré : enjambant la Neva à Saint-Pétersbourg, il représente la réponse russe de notre pont Alexandre III et a été entièrement réalisé par une entreprise française.

Un chef d’oeuvre d’ingénierie

Inscrit sur la liste des monuments historiques depuis 1975, le Pont Alexandre III est une pépite d’innovation et d’ingénierie. Et pour cause, ses ingénieurs avaient reçu pas mal de consignes, pas toujours faciles à suivre ! Par exemple, il fallait qu’une personne marchant sur les Champs-Élysées puisse voir les Invalides dans le prolongement de la chaussée du pont. Le pont devait donc être le plus plat possible pour ne pas couper l’horizon… mais il ne devait pas non plus gêner la circulation des bateaux.

Pont Alexandre III

Un casse-tête sachant que le pont est situé en amont d’un virage : il faut donc laisser suffisamment de place sous l’ouvrage pour que les péniches puissent manoeuvrer sans problème. Les ingénieurs n’ont alors pas le choix que d’opter pour une arche unique, enjambant la Seine sur toute sa longueur (107 mètres) et construite en acier moulé.

Le plus ornementé des ponts parisiens

Que serait le pont Alexandre III sans sa débauche de décoration, son abondante utilisation de l’or et sa surcharge de motifs ? Pensé dans la continuité du Petit et du grand Palais, cet ouvrage d’art est caractéristique de l’architecture de la Belle Époque, à cheval entre le classicisme et la modernité et toujours un peu grandiloquent.

Pont Alexandre III

Ainsi, le monument compte pas moins de 22 sculptures, 32 candélabres et plusieurs dizaines d’éléments allégoriques plus modestes parsemés ici ou là. Parmi ces oeuvres, on aime particulièrement le groupe statuaire qui se trouve au pied des colonnes. Ces quatre statues représentent la France à différentes périodes de son existence : au Moyen Âge, sous la Renaissance, à l’époque de Louis XIV et les temps modernes.