Les spécialités parisiennes oubliées

paris-ancien-restaurant-paris-zigzag

Les mauvaises langues diront que le patrimoine culinaire parisien est inexistant… Pourtant, on dénombre tout de même quelques spécialités nées dans la capitale ! Qu’elles soient célèbres dans le monde entier ou totalement passées de mode, découvrez leur histoire !

La gratinée des Halles

L’autre nom de la célèbre soupe à l’oignon ! Consommée en grande quantité par les travailleurs des Halles, alias le ventre de Paris, c’est un grand classique du patrimoine culinaire parisien. Simple et réconfortante.

Les huîtres à la sauce des halles

Une autre recette servie à la grande époque des Halles. Les crustacés étaient préparés avec une sauce vinaigre échalote, encore utilisée par beaucoup d’amateurs d’huîtres aujourd’hui !

La tête de veau à la Gaillarde

Dégustée notamment dans le quartier de la Villette, la tête de veau à la Gaillarde (aussi appelée aujourd’hui sauce gribiche) y était servie car proche des grands abattoirs. Tête, langue, cervelle, tout vous est servi, avec cette sauce inimitable à base de moutarde, d’oeufs durs, de câpres, persil et cornichons.

La langouste à la parisienne

Ici, la langouste est servie froide avec de la mayonnaise, avec une macédoine de légumes, des oeufs durs, de la laitue et des fonds d’artichauts.

Le potage Saint-Germain

L’île de France, terre maraîchère, produisait par le passé de grandes quantités de petits pois. Préparé à base de petit pois, de lardons et d’oignons, le potage Saint-Germain est encore préparé aujourd’hui sous le nom plus commun de soupe aux pois cassés.

Le hachis parmentier

Célèbre plat à base de purée de pommes de terre et de viande hachée, le hachis parmentier a été créé par le fameux Antoine Parmentier sous Louis XVI, une époque où la pomme de terre était pourtant décriée, car on croyait qu’elle transmettait des maladies… Aujourd’hui, c’est un des plats les plus appréciés des petits comme des grands !

Le foie de veau Bercy

La recette est simple : du foie de veau cuisiné avec une sauce au vin blanc, échalote et moelle. Rien de plus !

La soupe cressonnière et l’entrecôte vert-pré

Il fut un temps où le cresson était très consommé des parisiens et arrivait chaque jour en énormes quantités aux halles de Paris. Mouliné en soupe, le cresson était servi en guise d’accompagnement d’une bonne entrecôte.

Le boeuf Miroton

Semblable au pot au feu, le miroton est cuisiné avec des restes de boeuf, surmonté avec une fondue d’oignons. Histoire que ça tienne encore plus au corps !

Le sauté de veau chasseur

Cuit lentement avec du vin blanc, des tomates et des champignons de Paris, le sauté de veau chasseur était fort apprécié des Parisiens !

À lire aussi :
Top des bouibouis parisiens où l’on se régale
La petite histoire du titi parisien
Les pires phrases de parisiens
Apprenez à parler l’argot parisien !