Pourquoi appelait-on le prince héritier le dauphin ?

12 avril 2018

Louis IV avec son habit de dauphin

Nous avons déjà tous entendu ce terme en cours d’histoire, qui fait penser à l’animal du même nom. Mais pourquoi appelait-on l’héritier du royaume le dauphin ? On lève le mystère pour vous.

Les premiers à avoir utilisé le terme « dauphin » pour désigner leurs héritiers n’étaient pas Français ! En effet, les premiers titrés de « dauphins » étaient les comtes de Viennois et les comtes d’Albon, seigneurs… du Dauphiné de Viennois. Cet État féodal, qui avait Grenoble pour capitale, était à l’époque sous l’autorité du Saint-Empire romain germanique. Les héritiers portaient donc le titre de « Dauphin du Viennois ». Le symbole du dauphin aurait été choisi en référence aux liens forts qui unissaient à ce moment le Dauphiné avec la Provence, et donc la Méditerranée.

Récupération par la France

Le premier prince français à se faire surnommer ainsi a été Charles V le sage. Pourquoi ? Philippe VI, son grand-père, accepte d’acheter les terres du roi Humbert II à une condition : que le Dauphiné soit le fief de son fils aîné. C’est à la suite de ce marché, signé en 1349, que le titre de dauphin est entré à la Cour de France. Cependant ce fut son petit-fils, le futur Charles V, qui fut le premier dauphin du royaume de France. Ce titre ne donne pas pour autant l’envie aux dauphins de gouverner le Dauphiné, puisque seul Louis XI y a vraiment imposé son pouvoir.

Il ne suffit pas d’être le prétendant au trône pour se voir honoré du titre de dauphin : il faut également descendre du roi. C’est ainsi que François 1er, cousin du son prédécesseur Louis XII, n’obtiendra jamais ce titre.

Armoiries du Dauphin de France

Armoiries du Dauphin de France

 

Le dernier prince français à avoir porté le titre de dauphin a été le fils aîné de Charles X, Louis Antoine, né en 1775. Il n’a cependant jamais été couronné, puisqu’il a abdiqué en même temps que son père. Aujourd’hui, même s’il n’y a plus de dauphin royal, l’expression a perduré. Elle est encore utilisée couramment pour désigner le successeur d’une personnalité aussi bien en politique, en entreprise ou encore dans le sport.