fbpx

Savez-vous qu'il existe un deuxième obélisque à Paris, caché dans un célèbre monument ?

Eglise Saint-Sulpice - © bslax28
Par Romane Fraysse

On connaît le grand obélisque qui est érigé en plein cœur de la place de la Concorde. Mais savez-vous qu’il en existe un deuxième à Paris, caché dans un célèbre monument d’un quartier historique ?

L’une des plus grandes églises parisiennes 

Nous nous rendons dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés, plus précisément sur la place Saint-Sulpice, où se trouve une célèbre église qui lui a donné son nom. Construite en 1211, celle-ci mesure 33 mètres de haut avec ses deux tours magistrales, ce qui en fait l’une des plus grandes églises de Paris. Elle a été bâtie à l’emplacement d’une première église devenue trop exiguë pour le bourg Saint-Germain. Si sa première pierre fut posée par Anne d’Autriche en février 1646, un manque de financement rendra le chantier difficile, si bien que sa construction ne sera finalement achevée qu’au XVIIIe siècle.

L'église Saint-Sulpice à Paris. DR
L’église Saint-Sulpice à Paris. DR

L’église se remarque particulièrement grâce à ses étonnantes tours. En effet, celles-ci ont été réalisées par des architectures différentes : l’architecte Servandoni a réalisé la façade de l’église, avant d’être remplacé par Oudot de Maclaurin pour construire les tours. Mais celles-ci n’étant pas du goût de tout le monde, c’est finalement l’architecte Chalgrin qui reconstruit la tour Nord en 1788. Mais malédiction ! La Révolution française l’empêche de terminer son projet. C’est finalement en 1838 que la seconde tour est terminée en suivant les plans de Oudot de Maclaurin et de Servandoni.

Un patrimoine exceptionnel

Impressionnante par sa taille, elle l’est aussi grâce au patrimoine qu’elle préserve à l’intérieur. En effet, en y entrant, on peut admirer la splendide chapelle de la Vierge ornée d’une statue représentant La vierge et l’enfant écrasant le serpent de Jean-Baptiste Pigalle, ainsi que de longues colonnes de marbre surmontées d’une coupole de style rococo. On y découvre aussi la sacristie dotée de boiseries de style Louis XV, le grand orgue de Cavaillé-Coll, ainsi que – et ce n’est pas rien – trois fresques monumentales d’Eugène Delacroix dans la chapelle des Saints-Anges. Parmi elles, on trouve notamment la célèbre scène de la lutte de Jacob avec l’ange, qui a été reprise ensuite par Paul Gauguin ou Maurice Denis.

Intérieur de l'église Saint-Sulpice à Paris. DR
Intérieur de l’église Saint-Sulpice à Paris. DR

L’obélisque méconnu de Paris

Et ce n’est pas tout ! Car cette belle église du quartier de Saint-Germain-des-Prés abrite aussi un curieux spécimen… En effet, ce monument détient le deuxième obélisque de Paris, après celle qui est célébrée sur la place de la Concorde. Celle de Saint-Sulpice est en réalité une méridienne, traditionnellement nommée le “gnomon“, qui  a été installée en 1727, le jour de Pâques.

Le gnomon de l'église Saint-Sulpice. DR
Le gnomon de l’église Saint-Sulpice. DR

La lumière du Soleil passe ainsi à travers une petite ouverture circulaire disposée dans le vitrail sud du transept, et forme une petite tache sur le sol qui croise la ligne méridienne chaque fois que l’astre culmine à midi vrai. Comme dans beaucoup d’autres églises italiennes et françaises, le gnomon permettait d’indiquer quand les cloches devaient sonner, et de régler les horloges du bourg selon les saisons.

Église Saint-Sulpice
Place Saint-Sulpice, 75006 Paris

À lire également : Le vrai secret de Saint-Sulpice

Image à la une : Église Saint-Sulpice – © bslax28