fbpx

Ce célèbre cabaret de 1869, un des plus vieux de Paris, s'appelait autrefois le "cabaret des Assassins" !

Lapin Agile
Par Romane Fraysse

C’est en haut de la butte Montmartre, sous une grande vigne, que se trouve ce mythique cabaret fréquenté par Amedeo Modigliani, Pablo Picasso ou Blaise Cendrars. Si celui-ci a pris de nombreux surnoms, il a été surnommé le “cabaret des Assassins” durant un temps…

https://f.info.pariszigzag.com/f/p?q=n4l6TIJ-xaXwmPcVukeg0JIv3j35jY1Hp2d9b9w0MxToUZjbYmkjQJFGucEje1zlUsrplyzy9fTMEuGtw5Uuk4PoGLToiAdX7q7gCE5Ygds9xBhdFqorr2qPLhut1rdkUQO0aAGCidqra1GnWkoTHPimgWFOY7qWJPEXp_zcUbNP0UkwaMecwb0zO5uuH0rpRjwOw5fN0JrNnvIqari3wp9gPUvD1NMV1aFunX5bGC1780yCJ0nq4OqSUdUqIc4l

Le temps des cabarets montmartrois

Avec la construction du mur des Fermiers généraux à la fin du XVIIIe siècle et de l’instauration de la taxe d’octroi sur les produits entrant dans Paris, le bas de la butte Montmartre, resté hors des enceintes, devient un lieu festif. De nombreux cabarets commencent à s’installer, tels que Le Chat noir ou Le Moulin-Rouge attirant une clientèle ouvrière et marginale grâce à leurs prix bas. En haut de la butte, on trouve des logements modestes, des vignes et des moulins à vent. Au fil des décennies, on parle de “village” pour évoquer l’atmosphère de Montmartre, qui est habité par un nombre conséquent d’artistes en 1890.

Jules Seeberger, Le Lapin Agile, 1904
Jules Seeberger, Le Lapin Agile, 1904

Un lapin comme enseigne

La partie haute de Montmartre accueille toutefois quelques lieux festifs à la fin du XIXe siècle. Parmi eux, un fameux cabaret tout rose qui va devenir le lieu de fréquentation de nombreux écrivains et artistes, tels que Max Jacob, Blaise Cendrars ou Pablo Picasso. Situé dans la rue des Saules, celui-ci est facilement reconnaissable à son enseigne, réalisée par le caricaturiste André Gill entre 1879 et 1880 : on y voit un lapin vêtu d’une redingote verte, d’une écharpe rouge et d’une casquette s’échappe d’une casserole en tenant une bouteille de vin.

Modigliani au Lapin Agile en 1905
Modigliani au Lapin Agile en 1905

En réalité, ce curieux lapin serait un autoportrait du caricaturiste, qui a autrefois participé à la Commune de Paris, et est parvenu à échapper à la répression qui a suivi. Dans le quartier, l’adresse ne tarde pas à être surnommée le “Lapin à Gill“, qui devient avec le temps le “Lapin Agile”. C’est encore sous ce nom-là que le cabaret est aujourd’hui célébré du haut de la butte montmartroise.

inscription

Des assassins sur les murs

Pourtant, si ce cabaret est aujourd’hui connu comme le “Lapin Agile”, il n’a pas toujours détenu ce nom-là ! Celui-ci a d’ailleurs été abrité par une petite maison construite en 1795, qui devient une auberge de routiers vers 1860, alors baptisée Au Rendez-vous des voleurs. Finalement, en 1869, le lieu prend un autre nom, inspiré par les nombreuses gravures accrochées sur les murs de sa salle intérieure. En effet, plusieurs d’entre elles représentent des assassins célèbres, tels que François Ravaillac ou Jean-Baptiste Troppmann, ce qui lui a valu d’être surnommé le “cabaret des Assassins” durant plusieurs décennies, avant que l’enseigne d’André Gill ne marque à jamais ce lieu.

L'enseigne du Lapin Agile
L’enseigne du Lapin Agile

Au Lapin Agile
22 rue des Saules, 75018 Paris

À lire également : La place du Tertre, des abbesses de Montmartre au tourisme de masse

Image à la une : Le Lapin Agile

https://f.info.pariszigzag.com/f/p?q=n4l6TIJ-xaXwmPcVukeg0JIv3j35jY1Hp2d9b9w0MxToUZjbYmkjQJFGucEje1zlUsrplyzy9fTMEuGtw5Uuk4PoGLToiAdX7q7gCE5Ygds9xBhdFqorr2qPLhut1rdkUQO0aAGCidqra1GnWkoTHPimgWFOY7qWJPEXp_zcUbNP0UkwaMecwb0zO5uuH0rpRjwOw5fN0JrNnvIqari3wp9gPUvD1NMV1aFunX5bGC1780yCJ0nq4OqSUdUqIc4l