fbpx

Le Fabuleux Paris d’Amélie Poulain

Par Romane Fraysse

On connaît tous cette jeune femme au carré plongeant, timide à souhait et secrètement romantique, qui décide un beau matin de consacrer son temps à arranger les « cafouillages » de la vie des autres. Sorti en 2001, le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain fait le récit d’une romance singulière entre deux marginaux qui se poursuivent dans un Paris de carte postale.

La vie montmartroise

À travers des images jaunies, on suit Amélie dans son quotidien, entre la rue Lepic et celle des Trois-Frères dans le 18e arrondissement. Tout le long du film, Montmartre est enjambé pour s’illustrer dans des endroits précis. On découvre seulement les lieux de vie de la jeune femme, sans réellement la voir flâner dans les rues de la Butte, projetant ainsi le quartier dans ses innombrables fantasmes. Au 15 rue Lepic, on s’immisce dans le Café des Deux Moulins où Amélie est serveuse. À l’angle d’un croisement de rue, ce lieu intime réunit différents habitués, du comptoir en zinc jusqu’aux banquettes en cuir. Fondé au tout début du XXe siècle, le café fait référence aux deux plus célèbres moulins de Montmartre : le Moulin rouge et le Moulin de la Galette.

Le Café des Deux Moulins, 15 rue Lepic (75018)

Plus loin, à l’angle de la rue des Trois-Frères, la Maison Collignon vend fruits et légumes aux habitants du coin. Si Amélie hait l’affreux épicier, elle aime y voir Lucien écouter tendrement le cœur de ses endives. Autrefois nommé Chez Ali, le commerce a désormais adopté le nom que lui a attribué le film. Enfin, si Amélie aime écouter Fréhel à la station des Abbesses ou relever les petits détails des vieux films projetés au Studio 28 de la rue Tholozé, elle se plait aussi à s’aventurer vers le canal Saint-Martin pour s’adonner à son péché mignon : les ricochets.

Les cafouillages de la vie des autres

Après avoir découvert une petite boîte à souvenirs cachée derrière une plinthe de sa salle de bain, Amélie se décide à arranger les cafouillages de la vie des autres. Ainsi, elle retrouve la trace de Dominique Bretodeau à qui elle veut rappeler les merveilles de l’enfance. La scène est orchestrée par la jeune femme au sein du marché de la rue Mouffetard : venu acheter un poulet, le vieil enfant retombe sur son précieux coffret après avoir été interpellé par les sonneries d’une cabine téléphonique sur la place Saint-Médard.

Le marché de la rue Mouffetard (75005)

Plus au nord, Amélie redonne la vue à un aveugle qu’elle accompagne rue Lepic jusqu’au pied du métro Lamarck-Caulaincourt. Le temps d’une traversée sensorielle, elle décrit les rides de malice du fleuriste, un chien alléché par les effluves d’un poulet rôti ou les sucettes pierrot Gourmand de la pâtisserie. Et bien entendu, elle n’oublie par son père Rufus, dans sa maison au 63 rue des Callais, à Eaubonne. Afin de le faire voyager, elle lui envoie anonymement plusieurs tirages mettant en scène son nain de jardin aux quatre coins du monde.

Un cache-cache sentimental

C’est à la gare de l’Est qu’Amélie rencontre Nino Quincampoix, un jeune homme rêveur et quelque peu obsessionnel, qui s’amuse à collectionner les photos d’identité déchirées dans les photomatons. Dans la salle des Pas perdus, elle tombe amoureuse de cet huluberlu qui laisse tomber par mégarde son album en voulant rattraper un homme mystérieux. Assise sur les marches de la gare, elle découvre cette étonnante famille de tirages et décide de partir à la recherche de ce jeune homme qui lui ressemble tant.

Etonnement, son parcours va d’abord la mener au Palace vidéo, un sex-shop – en réalité dénommé Toys Palace – situé au 37 boulevard de Clichy. Nino y travaille à mi-temps et arrondit ses fins de mois en effrayant les jeunes filles dans le train-fantôme de la Foire du Trône, près du bois de Vincennes.

Au Clown de la République, 11 boulevard Saint-Martin, (75003)

Au lieu de lui rendre en main propre, la timide Amélie préfère inventer tout un stratagème. Elle achète tout d’abord un costume de Zorro Au Clown de la République, un magasin de farces et attrapes situé au 11 boulevard Saint-Martin. Par jeu de piste, elle invite ensuite Nino au Square Willette, près de la basilique du Sacré-Cœur, où il parvient à récupérer son album grâce à un parcours fléché. Mais si elle prend constamment la fuite, c’est dans son appartement montmartrois que le jeune homme finira par la retrouver pour toujours.

Romane Fraysse

À lire également : Quand Paris fait son cinéma : 7 films cultes qui ont fait de Paris leur star !