fbpx

Connaissez-vous la terrifiante légende du Petit homme rouge qui terrifia Paris et de nombreuses personnalités ?

Jardin des Tuileries © Adobe Stock
Par Alexandre M

Théâtre d’événements historiques qui déchaînent encore les passions et les débats, Paris est également réputée pour avoir abrité dans sa longue histoire des événements plus surnaturels. Phénomènes inexpliqués ou légendes urbaines, certains de ces récits sont dignes des plus grands films d’horreur. L’une des légendes les plus terrifiantes concerne un impressionnant monument de Paris disparu à la fin du XIXe siècle : le Palais des Tuileries. 

https://f.info.pariszigzag.com/f/p?q=n4l6TIJ-xaXwmPcVukeg0JIv3j35jY1Hp2d9b9w0MxToUZjbYmkjQJFGucEje1zlUsrplyzy9fTMEuGtw5Uuk4PoGLToiAdX7q7gCE5Ygds9xBhdFqorr2qPLhut1rdkUQO0aAGCidqra1GnWkoTHPimgWFOY7qWJPEXp_zcUbNP0UkwaMecwb0zO5uuH0rpRjwOw5fN0JrNnvIqari3wp9gPUvD1NMV1aFunX5bGC1780yCJ0nq4OqSUdUqIc4l

Une reine controversée qui voyait grand pour Paris

Détruit par un incendie volontaire avant que les ruines soient définitivement abattues (bien qu’il demeure quelques vestiges bien cachés), cette ancienne résidence royale aura marqué la capitale en étant le théâtre de nombreux événements historiques. Mais l’une des plus grandes traces que ce palais ait laissé est une terrifiante légende à faire froid dans le dos. L’histoire commence dans la capitale en 1564, alors que Catherine de Médicis est régente du royaume de France après le décès de son époux, Henri II, puis de son fils aîné, François II. En attendant que son second fils, Charles IX, soit majeur, la reine dirige le pays. Cette grande figure du XVIe siècle décide alors de faire construire un nouveau palais en bord de Seine, là où se trouvent les anciennes fabriques de tuiles datant du Moyen-Âge. Parmi ces entrepôts en ruines, qui donneront au quartier le nom de Tuileries, se trouve un abattoir appartenant à un boucher désosseur, connu sous le nom de Jean l’écorcheur. Un personnage assorti d’une terrifiante légende, selon laquelle ce dernier rendrait de menus services aux sbires de la souveraine, en faisant par exemple disparaître quelques corps encombrants. Face au projet de construction du palais, il est demandé à Jean l’écorcheur de quitter sa boutique. Ce dernier refuse et menace même de révéler quelques secrets si l’on n’augmente pas substantiellement son indemnité de “déménagement forcé”. Devant cette menace, Catherine de Médicis ne veut pas prendre de risques et envoie son homme de main, le chevalier de Neuville, pour l’assassiner.

Aquarelle représentant le palais des Tuileries par Gaspard Gobaut (1847)
Aquarelle représentant le palais des Tuileries par Gaspard Gobaut (1847)

Une malédiction qui précipite la fin des Valois

Avant de rendre son dernier souffle, Jean l’écorcheur fait une sombre promesse à Neuville, celle de revenir d’entre les morts pour se venger. Alors que le chevalier ne tarde pas à ressentir une étrange présence dans la foulée de cet acte, la silhouette ensanglantée du boucher revient hanter son assassin, et ne tarde pas à s’en prendre à l’inquisitrice de sa mort : Catherine de Médicis. Installée dans le tout neuf Palais des Tuileries, la reine reçoit à son tour la visite du terrifiant fantôme rouge. Au-delà du spectacle macabre, celui-ci lui fait une terrible prémonition : tous ses fils mourront sans héritier. Une prophétie qui se réalisera, puisque François II, Charles IX et Henri III, derniers Valois, mourront sans descendance, ouvrant le chemin du trône à la dynastie des Bourbons. Autre prédiction, faite à l’astrologue de Catherine de Médicis : la reine mère mourrait près de Saint-Germain. Une prédiction qui pousse la reine à déménager à Blois, pour ne pas être trop proche de Saint-Germain-des-Prés, de Saint-Germain-l’Auxerrois ou Saint-Germain-en-Laye. Malheureusement pour la reine, elle n’arrivera pas à échapper à la prédiction malgré tous ses efforts : le 5 janvier 1589, alors qu’elle sent la fin arriver, la reine appelle un prêtre à son chevet pour lui donner l’extrême-onction. Lorsqu’elle lui demande son nom, ce dernier lui explique qu’il se nomme Julien de Saint-Germain.

Un matin devant la porte du Louvre, huile sur toile d'Édouard Debat-Ponsan représentant une Catherine de Médicis dominatrice et avide de pouvoir © Musée d'art Roger-Quilliot
Un matin devant la porte du Louvre, huile sur toile d’Édouard Debat-Ponsan représentant une Catherine de Médicis dominatrice et avide de pouvoir © Musée d’art Roger-Quilliot

Une figure qui terrifia Paris pendant des siècles

Fortement associée à Catherine de Médicis et au palais des Tuileries, la terrifiante légende de l’Homme Rouge ne prend toutefois pas fin avec le décès de la reine. L’inquiétant fantôme serait en effet apparu la veille de l’assassinat du roi Henri IV en 1610, tandis que la reine Marie-Antoinette l’aurait également aperçu le matin du 10 août 1792, juste avant que le palais soit pris d’assaut par les révolutionnaires. Avant cela, de Versailles au champ de bataille, le spectre fit également parler de lui pendant le règne de Louis XIV, que ce soit quelques jours avant les troubles de la Fronde ou en 1661 le jour de la mort de Mazarin. Alors qu’il a fait son grand retour en France lors des Cent-Jours, Napoléon Ier aurait également fait la rencontre du fantôme, qui lui aurait prédit la défaite de Waterloo… qui aura bel et bien lieu. L’ultime apparition connue du petit homme rouge des Tuileries a lieu le 23 mai 1871, en pleine Commune de Paris. Plusieurs édifices de Paris sont incendiés dans le chaos, notamment le palais des Tuileries. Les flammes ravageant l’ancienne résidence royale, on raconte que le fantôme aurait été vu en train de danser, comme pour exprimer pleinement sa joie devant sa vengeance accomplie, avant de disparaître à tout jamais. La fin d’une terrifiante légende qui aura hanté Paris et ces grands noms de l’Histoire pendant trois siècles. À moins que le Petit Homme Rouge ne rôde encore quelque part dans la capitale…

Lithographie de Léon Sabatier et Albert Adam représentant l’incendie du palais des Tuileries au cours de la “Semaine Sanglante” © Getty
Lithographie de Léon Sabatier et Albert Adam représentant l’incendie du palais des Tuileries au cours de la “Semaine Sanglante” © Getty

 

 

À lire également : Connaissez-vous l’histoire des fontaines Wallace ? Elles ont sauvé les parisiens en 1871 !

Image à la une : Jardin des Tuileries © Adobe Stock

https://f.info.pariszigzag.com/f/p?q=n4l6TIJ-xaXwmPcVukeg0JIv3j35jY1Hp2d9b9w0MxToUZjbYmkjQJFGucEje1zlUsrplyzy9fTMEuGtw5Uuk4PoGLToiAdX7q7gCE5Ygds9xBhdFqorr2qPLhut1rdkUQO0aAGCidqra1GnWkoTHPimgWFOY7qWJPEXp_zcUbNP0UkwaMecwb0zO5uuH0rpRjwOw5fN0JrNnvIqari3wp9gPUvD1NMV1aFunX5bGC1780yCJ0nq4OqSUdUqIc4l



Visite Guidée

Le Ventre de Paris

Je m'inscris

News populaire