fbpx

Connaissez-vous ce mythique cinéma parisien, qui a fêté ses 100 ans d'existence ?

Le Louxor © Site officiel
Par Julien Mazzerbo

Le Louxor, célèbre institution du cinéma à Paris, a fêté ses cent ans il y a déjà trois ans. Mais saviez-vous que ce temple du septième art n’a pas toujours été ainsi ? Fermé au public pendant de nombreuses années, le lieu a évolué à maintes reprises avant de renouer avec sa fonction d’origine.

https://f.info.pariszigzag.com/f/p?q=n4l6TIJ-xaXwmPcVukeg0JIv3j35jY1Hp2d9b9w0MxToUZjbYmkjQJFGucEje1zlUsrplyzy9fTMEuGtw5Uuk4PoGLToiAdX7q7gCE5Ygds9xBhdFqorr2qPLhut1rdkUQO0aAGCidqra1GnWkoTHPimgWFOY7qWJPEXp_zcUbNP0UkwaMecwb0zO5uuH0rpRjwOw5fN0JrNnvIqari3wp9gPUvD1NMV1aFunX5bGC1780yCJ0nq4OqSUdUqIc4l

L’un des plus anciens cinémas de Paris

Ce cinéma en plein cœur du quartier Barbès a été inauguré en 1921. Il est le fruit de l’architecte turc Henri Zipcy, qui imagine une façade Art déco en granito décorée d’ornementations néo-égyptiennes, le seul cinéma de ce type en France. Pour ce faire, son créateur se serait inspiré des antiquités du musée du Louvre. Propriété d’un homme d’affaires, Henri Silberberg, le cinéma est construit en l’espace de dix-huit mois à partir d’un immeuble haussmannien. Dans les années 20, la programmation d’un cinéma était bien différente de celle d’aujourd’hui : intermèdes musicaux, spectacles (jongleurs, acrobates, chanteurs), les films étaient diffusés après l’entracte ! Ce modèle perdure jusqu’au début des années 60.

Façade du Louxor © Lucille Cottin / Adobe Stock
Façade du Louxor © Lucille Cottin / Adobe Stock

Le Louxor, lieu populaire 

Le style néo-égyptien n’a pas toujours recouvert la façade du Louxor : dans les années 30, apogée du cinéma parlant (le premier film d’envergure sort aux Etats-Unis en 1927, “Le chanteur de jazz”), l’édifice change de mythologie pour se diriger vers une décoration néo-grecque. Parallèlement, le Louxor s’aligne avec les tendances du moment et programme des adaptations littéraires, des comédies musicales ou encore des opérettes. Après la Seconde Guerre mondiale, le Louxor rencontre une fréquentation record avec plus de 700 000 spectateurs en quête de longs métrages policiers et de films de cape et d’épée. Des années 50 à 70, la renaissance du péplum et l’âge d’or du western spaghetti consolident le succès du Louxor.

Façade du Louxor © laurencesoulez / Adobe Stock
Façade du Louxor © laurencesoulez / Adobe Stock

inscription

Fermeture et réhabilitation

Mais en 1983, Pathé ferme la salle de cinéma et la troque contre 6 millions de francs. Pendant quelques années, l’usage du 170 boulevard de Magenta varie : deux discothèques successives connaissent un succès éphémère avant de fermer rapidement leurs portes. Presque trois décennies s’écoulent avant qu’un projet de rénovation ne voit le jour, supervisé par l’architecte Philippe Pumain. Pendant quatre ans, le cinéma est remodelé de façon à lui redonner son image d’antan : reproduction des décorations néo-égyptiennes, restauration des mosaïques… La capacité de la grande salle est réduite passant d’un millier de sièges à 342 places réparties sur un rez-de-chaussée et deux balcons. Un bar-terrasse est ajouté ainsi que deux salles au sous-sol. Le “nouveau” Louxor est inauguré en 2013 pour un budget total de 24 millions d’euros.

Grande salle du Louxor © Site officiel
Grande salle du Louxor © Site officiel
Ecran de la grande salle © Khader / Wikimedia Commons
Ecran de la grande salle © Khader / Wikimedia Commons
Balcons de la grande salle © Mairie de Paris
Balcons de la grande salle © Mairie de Paris
Ornementations de style néo-égyptien dans la grande salle © Mairie de Paris
Ornementations de style néo-égyptien dans la grande salle © Mairie de Paris

Une institution cosmopolite

Depuis l’ouverture du Louxor en 1921, les usages ont bien changé. Emmanuel Papillon, directeur du cinéma, rappelle qu’à l’époque “les gens fumaient dans les salles” qui pouvaient contenir jusqu’à mille spectateurs. Mais la structure conserve sa dimension cosmopolite : de la diffusion de films étrangers dans les années 70 et 80 au nom donné à la grande salle en hommage au réalisateur égyptien Youssef Chahine, le Louxor doit sa renaissance aux associations du quartier qui ont permis de redonner vie à cette institution qui fut longtemps le seul cinéma de Barbès. Le Louxor a encore de beaux jours devant lui.

Façade du Louxor © Lucille Cottin / Adobe Stock
Façade du Louxor © Lucille Cottin / Adobe Stock

A lire également : Saviez-vous que Boris Vian a succombé à sa maladie dans des circonstances tragiques au cœur d’un cinéma ?

Image à la une : Le Louxor © Site officiel

Sources : CNC, Europe 1, Louxor, Mairie de Paris, Radio France

Julien Mazzerbo

https://f.info.pariszigzag.com/f/p?q=n4l6TIJ-xaXwmPcVukeg0JIv3j35jY1Hp2d9b9w0MxToUZjbYmkjQJFGucEje1zlUsrplyzy9fTMEuGtw5Uuk4PoGLToiAdX7q7gCE5Ygds9xBhdFqorr2qPLhut1rdkUQO0aAGCidqra1GnWkoTHPimgWFOY7qWJPEXp_zcUbNP0UkwaMecwb0zO5uuH0rpRjwOw5fN0JrNnvIqari3wp9gPUvD1NMV1aFunX5bGC1780yCJ0nq4OqSUdUqIc4l