fbpx

Les règles les plus folles qui régissent la France

loi-absurde-paris-zigzag
Par Leonard

Une multitude de réglementations et de règles aberrantes régissent encore aujourd’hui certaines communes. Parfois legs d’anciennes coutumes, émanations de l’imagination du maire voire simple plaisanterie, nous vous proposons une sélection de 10 règles à l’apparence « absurde »…

Les éléphants interdits sur une plage de la Manche

Un éléphant se baignant dans la Manche ? Hors de question pour le maire de Granville

Sur les plages de la station balnéaire de Granville, dans la Manche, nos amis les Pachydermes ont l’interdiction de faire plouf dans la mer… Si cette règle peut paraître absurde, en réalité, elle est motivée par le fait que, lorsque le cirque s’était installé à proximité de la plage, il y a quelques années, les éléphants avaient la mauvaise habitude de barboter dans la mer… ce qui engendrait des nuisances et provoquait la fermeture de la plage.

Les Ovnis interdits dans un village du Vaucluse

A Châteauneuf-le-pape, dans le Vaucluse, les aliens ne sont pas en odeur de sainteté ! En 1954, le maire de l’époque fit passer une réglementation interdisant aux ovnis de pénétrer sur le territoire de la commune, sous peine de poursuites judiciaires. A croire que l’effet dissuasif a bien porté ses fruits, puisqu’aucun ovni n’a été aperçu à Châteauneuf depuis lors…

Les moustiques interdits à Briollay

Cette fois-ci, ce sont les moustique qui sont indésirables. Pour éviter les désagréments liés aux piqûres de moustiques et autres bourdonnements insupportables, le maire de la commune de Briollay, dans le Maine-et-Loire, a publié en 2018 un arrêté municipal à l’encontre des moustiques… sans succès. A noter néanmoins que cet mesure est avant tout teintée d’ironie, et cherche à se moquer des plaintes, parfois un peu loufoques, de ses administrés.

Une enclave ibérique en France

Une ville sous souveraineté espagnole en France ? C’est le cas de la petite ville de Llivia, peuplée de 1400 âmes, dans le Roussillon. Cette enclave espagnole remonte en fait à 1659. Lorsque le Roussillon passe sous le giron français, après le traité de Pyrénées, Llivia reste sous étendard espagnol. Le traité n’a, depuis lors, jamais été modifié.

Les animaux sauvages peuvent être violentés sans limites…

Si les animaux domestiques ou en captivité sous protégés des mauvais traitements par le Code rural, les animaux sauvages, non apprivoisés, ne sont protégés par aucune loi… Cela laisse libre cours à la cruauté de certaines personnes. Une loi qui est, pour le coup, absurde !

Des touristes  victimes d’une sombre règle de la RATP

Deux touristes autrichiens en vacances à Paris empruntent, par mégarde, un couloir en sens interdit, dans le métro. Assistant à cette scène, somme-toute assez banale dans le métro parisien, deux contrôleurs RATP prennent sur le fait les deux touristes et leur affligent… une amende de 25 euros. Une sévérité étonnante mais pourtant bel et bien légale…

Des pigeons… fonctionnaires de l’Etat

Certains pigeons sont considérés comme des « serviteurs de l’Etat ». 2000 pigeons voyageurs sont toujours « employés » par l’Etat, en cas d’urgence, si les transmissions téléphoniques viendraient à être coupées. Peu utilisés, ces pigeons fonctionnaires portent une bague spéciale, attachée à leur patte.

Laigneville, ville où il est interdit… de mourir

Le cimetière de Laigneville désespéramment vide ?

A Laigneville, dans l’Oise, il est interdit… de mourir. Afin d’alerter l’Etat sur le phénomène de désertification médicale, dont est victime sa commune, le maire a fait passer cette arrêté municipal. Cela a payé, puisqu’un cabinet de télémédecine s’est finalement implantée dans la commune, en 2018.

Un arrêté contre la pluie en Vendée 

Trop c’est trop ! A Challans, en Vendée, la pluie n’est plus tolérée. Pour amuser les employés municipaux et ses administrés, dépités par les trop grandes précipitations touchant leur commune, le maire a ainsi fait passer cet arrêté municipal. Une mesure radicale qui a peut-être trop bien marché, étant donné que Challans fut victime d’un épisode de sécheresse cet été…

Le jet d’aliment autorisé sur le lieu de travail !

Si l’envie vous passe de jeter des aliments sur votre collègue de bureau, donnez-vous en à cœur joie ! Le lancé d’aliments sur un lieu de travail ne constitue en effet pas un motif de licenciement valable

A lire également :
Les lois les plus absurdes