fbpx

Connaissez-vous cette étonnante maison de verre cachée en plein coeur du 7e arrondissement de Paris ?

La Maison de Verre © Photographs Courtesy Archives de la Maison de Verre, François Halard
Par clementine

Cette demeure originale de la rue Saint Guillaume, dans le 7e arrondissement, est méconnue du grand public, mais est un véritable joyaux de l’architecture caché à Paris. Tant et si bien qu’elle a été nommé “The Best House In Paris” par le New York Times. Bien qu’elle ne puisse être visitée, la maison de verre fascine !

https://f.info.pariszigzag.com/f/p?q=n4l6TIJ-xaXwmPcVukeg0JIv3j35jY1Hp2d9b9w0MxToUZjbYmkjQJFGucEje1zlUsrplyzy9fTMEuGtw5Uuk4Po

Un projet qui a failli ne pas voir le jour

Cachée au fond de la cour d’un hôtel particulier depuis sa construction entre 1928 et 1931, la “Maison de Verre” est l’oeuvre chorale du décorateur Pierre Chareau, de l’architecte Bernard Bijvoet et de l’artisan-ferronnier Louis Dalbet. Et cette imposante bâtisse en verre a beau être l’un des édifices les plus acclamés dans les écoles d’architecture aujourd’hui, c’est un peu par hasard qu’elle voit le jour.

L’histoire de la “Maison de Verre” commence à la fin des années 1920 lorsque le Docteur Dalsace, gynécologue de renom, demande à son ami Pierre Chareau, décorateur et créateur de mobilier, de rénover son hôtel particulier de la rue Saint Guillaume. Le médecin souhaite vivre dans cette bâtisse du XVIIIe siècle, mais aimerait aussi y établir son cabinet médical.

La Maison de Verre © August Fischer / Flickr
La Maison de Verre © August Fischer / Flickr

Jean Dalsace, grand amateur d’architecture moderne, envisage de détruire l’édifice et d’en construire un nouveau qui soit plus inscrit dans la tendance architecturale de son temps. Il n’aura guère le temps d’imaginer la construction qu’une contrainte de taille émerge : le locataire du dernier étage ne souhaite pas quitter les lieux. Impossible, donc, de tout raser pour faire du neuf !

Pierre Chareau et son ami architecte Bernard Bijvoet trouvent alors une solution, particulièrement ingénieuse. Ils vont glisser leur projet sous le dernier étage de l’édifice existant ! Avec une malice certaine et grâce aux talents du ferronnier Louis Dalbet, ils entament alors la construction de ce projet devenu un emblème du modernisme.

Intérieur de la Maison de verre. DR
Intérieur de la Maison de verre. DR

Un édifice emblématique de l’architecture moderne

Débarrassé de ses murs porteurs, l’édifice construit par le trio de bâtisseurs s’érige autour d’une façade en briques de verre ne reposant sur aucune maçonnerie, mais sur un cadre métallique. Le verre permet non seulement de créer des entrées de lumière, mais souligne également le contraste entre l’édifice ancien, un édifice du XVIIIe siècle tout en plâtre et moellon, et le nouveau, en verre et acier.

À l’intérieur, Pierre Chareau a travaillé le moindre détail. Meubles mobiles, escaliers rotatifs, portes en verre coulissantes qui permettent d’isoler les différentes parties de la maison… Tout est pensé pour faire du lieu un espace aussi pratique et modulable que possible. Encore aujourd’hui, la “Maison de Verre”, est considérée comme un chef-d’oeuvre du style minimaliste et rationnel. Un trésor de plus caché derrière une porte cochère de la capitale !

La Maison de Verre – 31 rue Saint Guillaume, 75007
Métro : Rue du Bac (ligne 12)



Visite Guidée

Le Paris des Alchimistes

Je m'inscris

News populaire