Édouard Boubat, le film sensible du quotidien

Parmi les humanistes, Édouard Boubat interpelle par la pureté de ses clichés pris dans le Paris de la seconde moitié du XXe siècle. Des libertés de l’après-guerre au baiser du pont Louis-Philippe, celui que Prévert surnommait le « correspondant de paix » a exploré les mystères de la vie photographique durant plus de cinquante ans.

Cet article est réservé aux membres Zigzag. Pour accéder à tous les articles en illimité et soutenir Paris Zigzag cliquez sur s’abonner.

S'abonner

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités