fbpx

Découvrez où se cache cette fontaine à Paris qui aurait le pouvoir de rendre les femmes fidèles

© Adobe Stock
Par clementine

Paris et ses légendes et superstitions… Chez Paris ZigZag, on sait déjà que l’on peut augmenter ses chances de réussir ses examens en touchant le pied de la statue de Montaigne ou booster sa fertilité en se frottant à la tombe de Victor Noir, mais boire de l’eau d’une fontaine pour rendre sa femme plus fidèle, celle-là, on ne l’avait pas vu venir ! Et si la vie n’était pas plus compliqué que ça ?

https://f.info.pariszigzag.com/f/p?q=n4l6TIJ-xaXwmPcVukeg0JIv3j35jY1Hp2d9b9w0MxToUZjbYmkjQJFGucEje1zlUsrplyzy9fTMEuGtw5Uuk4PoGLToiAdX7q7gCE5Ygds9xBhdFqorr2qPLhut1rdkUQO0aAGCidqra1GnWkoTHPimgWFOY7qWJPEXp_zcUbNP0UkwaMecwb0zO5uuH0rpRjwOw5fN0JrNnvIqari3wp9gPUvD1NMV1aFunX5bGC1780yCJ0nq4OqSUdUqIc4l

Une légende liée à une figure de l’histoire de Paris

« Jeune fille qui a bu à la Fontaine Saint Denis, reste fidèle à son mari ». Tel est le dicton qui, pendant des siècles, a circulé dans les rues parisiennes.

C’est dans le 18e arrondissement, dans le discret square Suzanne Buisson, que se trouve cette source d’eau, surmontée d’une haute statue en pierre. Ce monument au pouvoir insolite tient son origine de l’incroyable histoire de Saint-Denis, martyr de Montmartre.

Au IIIe siècle après Jésus-Christ, le missionnaire Denis se rend en Gaule, accompagné de quelques compagnons, afin d’évangéliser ce territoire polythéiste et convertir ses habitants au christianisme. Très vite, le petit groupe élit domicile à Paris, encore nommée Lutèce. Mais face à la ferveur religieuse que provoque l’évêque sur son passage, les autorités romaines ne tardent pas à le remarquer. Ils décident alors de le condamner à mort. Et, à l’époque, la condamnation à mort passe presque inévitablement par une décapitation par le glaive

L’exécution se passe sur les pentes de la colline qui porte aujourd’hui le nom de Montmartre, près de l’actuelle place des Abbesses. La légende raconte que le missionnaire aurait ensuite marché, sa tête dans les bras, vers le nord pendant six kilomètres avant de s’effondrer. Inhumé sur place par une dame chrétienne nommée Catulla, c’est à cet endroit que sera bâtie, deux siècles plus tard, la Basilique de Saint-Denis dont il est le saint tutélaire.

Une source qui guérit les fièvres… et prévient les infidélités

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Brina (@glassheartloves)

Durant son long parcours entre Montmartre et la future ville de Saint-Denis, l’évêque décapité se serait même, dit-on, arrêté pour laver sa tête dans une fontaine… Fontaine située à l’emplacement de celle que l’on peut aujourd’hui observer dans le square Suzanne Buisson. La statue actuelle, élevée en l’honneur de l’évêque martyr, ne date que de 1941, mais la fontaine serait bien plus ancienne puisque la littérature médiévale y fait référence dès le XIVe siècle. Et quelle référence ! Considérée comme sacrée, l’eau de cette source avait, croyait-on, la vertu de guérir les fièvres, mais aussi de prévenir les infidélités… De là est né le fameux dicton : « Jeune fille qui a bu à la Fontaine Saint Denis, reste fidèle à son mari ».



Visite Guidée

Le Ventre de Paris

Je m'inscris

News populaire