La tombe 2.0 du cimetière du Père Lachaise

26 avril 2017

Al tombe 2.0 du père lachaise

En arpentant les allées du cimetière du Père Lachaise pour vous faire découvrir ses plus belles sépultures, nous sommes tombés sur une chapelle sépulcrale qui a attiré notre curiosité. Aucun nom n’est gravé sur le tombeau, ni sur une plaque, ni dans la pierre. En lieu et place de ce nom qu’on cherche mais ne trouve pas, trois mots : « La mémoire nécropolitaine ». Sur la façade extérieure… un QR code ! On vous raconte l’histoire de cet insolite monument funéraire et de l’homme qui l’a réalisé, André Chabot.

Entièrement rénovée en 2012/2013, cette chapelle a été initialement édifiée en 1850 pour accueillir le corps d’une jeune autrichienne dont on connait peu de choses si ce n’est son nom, Anna Marguerita Kutsch. Les ossements de cette jeune femme ont aujourd’hui laissé place, non pas à un autre corps comme il est de coutume lorsqu’une concession n’est pas renouvelée, mais à un immense appareil photo en granit noir. Car, pour le moment, l’édifice est moins une sépulture qu’une oeuvre d’art.

L'appareil photo dans l'oeuvre d'André Chabot

Cet appareil photo est le symbole de l’oeuvre d’André Chabot, le photographe à l’origine de ce projet pour le moins déconcertant. Né en 1941, cet artiste français a dédié l’intégralité de son oeuvre à l’exploration de la mort et de ses édifices. Depuis le début de sa carrière, il s’attache à capturer un maximum de tombes, épitaphes, mausolées, cénotaphes, etc. Aujourd’hui, son fonds possède plus de 200 000 clichés, tous en noir et blanc et représentant des monuments funéraires, capturés aux quatre coins du monde et dans une multitude de civilisations.

Lui qui se décrit comme un « promeneur nécropolitain » a fondé, avec sa compagne Anne Fuard, une association pour promouvoir ses clichés et son idéal artistique : offrir « un futur à notre passé », comme il l’explique sur son site, en mettant à l’honneur le patrimoine funéraire mondial. Une association culturelle qui s’appelle, vous l’aurez sans doute compris, la mémoire nécropolitaine ! Un jour, André Chabot et Anne Fuard reposeront dans cette chapelle, mais le monument restera le résultat d’un projet résolument insolite.

Le QR code de l'oeuvre funéraire d'André Chabot

Vous pouvez tester par vous-même, le QR Code nous mène tout droit sur le site de l’association !

Tombe « La mémoire nécropolitaine »
Cimetière du Père Lachaise
– 16 Rue du Repos, 75020
Métro : Philippe-Auguste (ligne 2)

Cyrielle Didier