La carrière médiévale retapée par des retraités sous l’hôpital Cochin

carriere-capucins-cochin-paris-zigzag

Principalement exploitée entre le XIIe et XVIIIe siècle, la carrière des Capucins est aujourd’hui entretenue par une association à but non-lucratif, créée par un groupe de retraités et de bénévoles, la SEADACC. Cette dernière organise occasionnellement des visites de ce lieu hors du commun, juste en dessous de l’hôpital Cochin. Vous n’avez plus qu’à vous perdre dans l’immense labyrinthe de 1200 mètres de galeries qui doivent leur nom au monastère des Capucins bâti au 17ème siècle.

Sous les pavés, des trésors

plaque-carriere-capucins-paris-zigzag

Cette visite insolite qui se fait à la lueur des lampes torches livre des trésors méconnus tels que : la fontaine des Capucins (1810) qui servait à contrôler la hauteur des nappes phréatiques ; le puits d’inspection de Tréméry (1841) qui permettait d’accéder à la carrière grâce à plusieurs échelles ; la plus vieille champignonnière souterraine ou encore un cabinet des curiosités minéralogiques !

Les Carrières sont sauvées

A l’initiative de l’association SEADACC, ces visites relativement confidentielles sont réservées à de petits groupes de personnes (max 15 personnes) afin de garder le côté intimiste du lieu souterrain. Mais si vous préférez vous aventurer en couple ou entre amis, c’est possible, l’association réalise, parfois et exceptionnellement, des visites guidées à la demande la semaine.

carriere-capucins-paris-zigzag

Depuis 1999, le site est classé « Monuments Historiques ». Titre qui a réhabilité le site puisqu’avant le travail de l’association, les carrières ressemblaient plus à la cour des miracles qu’à un lieu de visite. Aujourd’hui elles sont sauvées et représentent une alternative moins touristique que les Catacombes de Denfert lorsque l’on veut découvrir les dessous de la capitale.

Prenez-vous donc pour Jules Verne et partez pour un voyage au centre de Paris !

À lire également :
L’effondrement des carrières de Clamart à côté de Paris
Guillaumot, l’ingénieur qui a sauvé Paris de l’effondrement