Une étude a démontré que Paris était la ville la mieux desservie par les transports en commun dans le monde. Mouais… Certes il peut n’y avoir que 300 mètres entre deux stations de métro, en revanche, côté amabilité… On est sans doute les bons derniers !

Petit tour de notre joyeux métro.

Le lecteur malotru 

Journal, bouquin ou pire texto : il se poste au-dessus de notre épaule pour prendre part à nos lectures… Mais franchement ? Est-ce qu’à la bibliothèque il se pose sur les genoux des gens pour lire leurs bouquins ?!

Celui qui pense que ça capte

“Allo ? Allo ? Oui, donc je te disais… Ah ? Allooooooooo ?”

Est-ce que tu vas comprendre que dans un tube sous terre, on ne capte pas ?

Le type à l’aise dans la ligne 13

Cette ligne est faite pour apprendre à devenir microscopique. Chaque personne se doit de retenir sa respiration, de se contorsionner, d’avaler son sac dans son manteau pour qu’il ne prenne aucune place…

Et il y a ce type, à l’aise, qui pose son gros bras au-dessus de notre nez, qui lit son téléphone en tendant l’autre devant lui et qui se déhanche pour gagner encore un peu de place.

Le mélange des odeurs

Il n’y a pas que cette bien connue odeur de transpiration (un classique) qui nous pourrit. Il y a celle qui est tombée dans “Angel” de Mugler, celui qui mastique un malabar fraise-banane et le gosse de 1 an bien sûr, qui trouve que c’est pile le bon moment pour faire ses besoins.

Ceux qui ont peur de perdre leur place

Vingt personnes se pressent pour descendre et il y a un champion qui fait le saumon remontant la rivière : “Noooon noooon je ne descendrai pas la petite margelle pour laisser passer sinon le métro va partir sans moiiiii…”

Les escalators

On le sait, on le dit, c’est marqué : à droite, il faut se rabattre A DROITE ! Mais non, il y a toujours une nana qui se met à gauche et nous casse dans notre course folle pour attraper notre train…

Les changements

On ne fait pas son trajet de métro en fonction du temps mais en fonction des changements. “Changement à Châtelet ? Oh non j’y vais à pieds.”

Le métro-resto

Sérieusement ? Mais où est le plaisir de manger dans le métro ?! Forcément un gros burger qui embaume et colle à nos cheveux une odeur de graillon. 

La fausse malade

Celle qui bouquine tranquille depuis dix minutes mais qui, dès la station Saint Lazare, se met à feindre une énorme migraine pour rester assise…

Les enfants

NON, ce n’est pas une barre de pole dance ! D’ailleurs où as-tu appris à danser le pole dance ?

Le pousseur

Le métro déborde de tous côtés, il n’y a pas un centimètre de plus mais le type monte sur la pointe des pieds, sur le bord. Il dépasse de tout son corps du wagon et attend que la sonnerie retentisse pour se faire écraser par les portes et pousser dans le tas.

Celle qui a un gros chignon

Ou celui qui a un sac à dos et ne comprend pas que ça dépasse. Coup de cheveux dans le tête, sac à dos dans le nez… Ce devrait être sac à dos sous le bras et chignon sur le front.

La musique dans les écouteurs Iphone

Ils ne filtrent pas du tout le son, donc jeune homme, j’entends ta Beyoncé comme si j’étais au concert.

 

Les prochaines visites guidées