fbpx

Abandons de projets, polémiques à répétition... Serait-ce la fin des grandes tours à Paris ?

Par Noémie W

“Paris est tout petit, c’est là sa vraie grandeur”, disait Jacques Prévert à propos de la Ville Lumière. De quelle grandeur s’agirait-il aujourd’hui ? Depuis plusieurs années, voire des décennies, les projets de construction de grandes tours persistent. Mais ils font débats, tandis qu’une prise de conscience collective et écologique se fait sentir… Analyse. 

Immenses immeubles dans un Paris … compressé

Pour la construction de ces tours grandeur nature, c’est une véritable guerre froide qui persiste entre d’un côté, les socialistes et les communistes, et d’autre part, le parti écologiste. Si le camp rouge souhaite créer plus de tours, les Verts optent pour une optimisation d’immeubles déjà existants. Autrement dit, les écologistes souhaitent plutôt prendre appui sur ce qui est déjà bâti pour loger (par exemple, des bureaux vides et des logements vacants à réutiliser). On observe également un fort désaccord sur le nombre réglementaire d’étages par immeuble : le parti d’Anne Hidalgo fixe le nombre – conséquent – de 18 étages, tandis que les écologistes préfèrent 11 étages maximum. 

Entre 2014 et 2020, c’est une victoire majoritaire pour les socialistes et les communistes, et plusieurs tours sont ainsi construites dans la capitale, qui dépassent les 37 mètres. Cependant, le retournement de situation arrive en 2020, avec une majorité d’écologistes à Paris. Le projet de construction à Bercy, dans le 12ème arrondissement, est alors abandonné

L’avis des Parisiens ?

Pour autant, les élus n’oublient pas l’avis et le vécu des principaux concernés. Bertrand Delanoë a récemment sondé les Parisiens… Et plus de 60% sont opposés à ces projets de construction. Ce refus général est sans doute dû à l’urbanisme très dallé et surtout à la tour Montparnasse, qui selon les Parisiens, fait tâche dans le paysage typiquement haussmannien.  Plus largement, il y a la volonté de conserver les immeubles plus petits et anciens, pour ainsi voir encore le ciel, et garder ce besoin de respiration dans une ville, petite et grande à la fois, qui ne dort jamais …

Noémie Wuchsa

A lire également : Les sanisettes grises JC DECAUX vont bientôt être démontées à Paris !