bouquinistes-paris-zigzag

Fragilisés par le mouvement des gilets jaunes et des grèves, les bouquinistes des quais de Seine, véritables symboles de Paris à eux seuls, font actuellement face à l’un des plus grands défis de leur existence. Ultime banderille, la crise épidémique du Covid-19 a mis à mal toute la profession si bien que certains d’entre eux n’ont pu rouvrir leurs boîtes après le déconfinement.

Réduit à néant pendant le confinement, le chiffre d’affaires des bouquinistes reprend très difficilement un chemin encourageant depuis quelques semaines. Cela s’explique en grande partie par la mise en arrêt pure et dure du tourisme à Paris, qui représentait presque l’intégralité de la clientèle des passionnés mais aussi par le comportement des Parisiens, qui s’aventurent davantage sur les quais de Seine pour flâner plutôt que pour acheter.

boites-bouquinistes-paris-zigzag

Sur les 227 bouquinistes inscrits, entre 140 et 150 seulement ont décidé de rouvrir leurs boîtes. Si certains disent vouloir attendre des jours meilleurs pour relancer leur activité, certains seront contraints de mettre la clé sous la porte.

Pour tenter de sauver la profession, deux étudiants, épaulés par le président de l’association culturelle des bouquinistes de Paris, ont lancé une pétition vouée à maintenir en vie la tradition qui remonte au XVIIe siècle.

À lire également :
Histoire des bouquinistes des quais de Seine

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités