fbpx

Une manifestation contre un réveillon prévu dans un aquarium avec 10 000 poissons à Paris

Aquarium de Paris
Par Romane Fraysse

Pour le réveillon du 31 décembre 2023, l’Aquarium de Paris organise une soirée festive devant les bassins de poissons. En réaction, Paris Animaux Zoopolis, une association de défense de la cause animale, s’est mobilisée ce jeudi 28 décembre pour interdire ce genre d’événement, qui est régulièrement organisé au cours de l’année.

Une discothèque dans l’aquarium

Ce n’est pas la première fois que des soirées sont organisées au sein de l’Aquarium de Paris. Cette fois, pour célébrer l’entrée dans l’année 2024, l’événement promet à “1 200 privilégiés” de profiter d’un “cadre féérique” en dansant autour de 10 000 poissons et 4 millions de litres d’eau aux “pieds de la tour Eiffel”. Bien sûr, on retrouve toutes les offres habituelles réservées à ce genre de soirée : des confettis et des serpentins à volonté, un espace VIP pour déguster des bouteilles à plusieurs centaines d’euros, un espace fumeur aéré, et un open bar entre minuit et 1h du matin. Bref, un véritable club s’installe au milieu des poissons !

© L'Aquarium Le Club
© L’Aquarium Le Club

Une association se mobilise

C’est l’association Paris Animaux Zoopolis (PAZ) qui a tiré le signal d’alarme. Une association qui dénonce régulièrement la maltraitance dont sont victimes bon nombre d’animaux au sein de la capitale, à l’instar des orangs-outangs de la ménagerie de Paris. Cette fois, les militants se sont rassemblés ce jeudi 28 décembre 2023 près de l’Aquarium de Paris pour protester contre la soirée du Nouvel An, prévue dans la nuit du 31 décembre 2023 au 1er janvier 2024. “Les poissons ne sont pas des attractions ni des décorations”, dénonce Amandine Sanvisens, cofondatrice de PAZ, qui désespère que ces animaux, déjà “prisonniers” de l’aquarium, se trouvent dérangés par la musique et les lumières.

De plus, l’association rappelle qu’une loi interdisant de présenter des animaux domestiques ou sauvages en discothèque a été votée en 2021 :  “Art. L. 413-13.-I.-Il est interdit de présenter des animaux domestiques ou non domestiques en discothèque. Pour l’application du présent I, est considérée comme discothèque tout lieu clos ou dont l’accès est restreint, dont la vocation première est d’accueillir du public, même dans le cadre d’événements privés, en vue d’un rassemblement destiné principalement à la diffusion de musique et à la danse“. Cet événement est donc illégal, et continue pourtant d’être maintenu sans aucune intervention de la Préfecture de Paris.

L’Aquarium de Paris, soucieux du bien-être animal ?

Face à cette mobilisation, le président de l’Aquarium de Paris Alexis Powilewicz assure que cela ne présente aucun désagrément, puisque “les parois des bassins en méthacrylate font 35 à 40 centimètres”, ce qui correspondrait à “du triple vitrage”. Mais peut-on véritablement le croire ? Devenu une entreprise privée en 2006, l’un des plus anciens aquariums au monde peut difficilement se vanter d’accueillir ses animaux dans des espaces adaptés à leur bien-être. Surfaces restreintes, bassins où toucher des carpes avec ses mains… Alexis Powilewicz a beau se targuer d’avoir créé un “refuge pour poissons rouges” dans l’Aquarium, il ne semble pas réellement se préoccuper de leur épanouissement, encore moins lorsque le lieu se transforme en véritable club nocturne à plusieurs reprises dans l’année pour le petit bonheur de quelques “privilégiés”.

Romane Fraysse

À lire également : Des militants réclament la libération des orangs-outans du jardin des Plantes