fbpx

Des messages romains vieux de 2000 ans ont refait surface

The-Vindolanda-Trust-Paris-zigzag
Par Lea A

Des tablettes vielles de 2000 ans détaillant la vie d’un légionnaire romain découvertes  en Angleterre en 2017 sont enfin traduites et publiées.

Masclus-Writing-Tablet-conserved-The-Vindolanda-Trust-Paris-zigzag
Fragments calligraphiés sur des plaquettes de bois, ©The Vindolanda Trust

En 2017, des archéologues britanniques ont exhumé 24 tablettes de bois et fragments calligraphiées – Tabulae vindolandenses de leur nom scientifique – du temps de l’empereur Hadrien (76-138). Des documents adressés à un certain Julius Verecundus préfet de la citadelle Vindolanda au Nord de l’Angleterre. Après 3 ans de décodage, les missives témoignent à travers les correspondances de Julius Verecundus – Commandant de la Première Cohorte, élite de la légion romaine, d’un ancien peuple de la Gaule belgique, les Tongres – du quotidien et des missions d’un officier supérieur à la tête d’une unité militaire de cavalerie. Ce témoignage inespéré “nous donne un aperçu inégalé du quotidien d’un officier supérieur en poste à l’extrême nord de l’empire romain” exprime Andrew Berley, directeur général du site de Vindolanda Trust dans des propos recueillis par Sciences et Avenir.

Fragments-calligraphiés-plaquettes-de-bois-crédit-The-Vindolanda-Trust-paris-zigzag
©The Vindolanda Trust

On peut lire dans une de ces missives une correspondance entre Julius Verecundus et son esclave Audax qu’il interroge à propos d’un problème de chargement de légumes et de clé envoyée par erreur.

Dans d’autres messages exhumés un certain Masclus demande au commandant Flavius Cerialis d’apporter des bières supplémentaires à ses troupes postées aux avant-postes du mur d’Hadrien.

Sur un autre fragment l’officier fait part d’une demande de congé à son supérieur hiérarchique. Les légionnaires ne négligeaient pas non plus les anniversaires, comme le montre cette missive qui convie l’épouse du commandant de la forteresse à une fête d’anniversaire !

Qui sait peut être qu’ils faisaient aussi des After Work à l’époque…

À lire également :
La belle découverte : une strophe inédite des Fleurs du Mal de Baudelaire !
La touche gallo-romaine du jardin du Sénat
Une balade dans l’Yonne pour prendre un grand bol d’air
Que nous apprennent les thermes de Cluny sur la vie à Lutèce ?