rue-rivoli-paris-zigzag

Si, depuis cinq ans, l’immobilier enregistrait des hausses records à Paris, depuis quelques mois, la capitale n’est plus aussi prisée par les acheteurs d’appartements. Subissant la crise du Covid-19 de plein fouet, les arrondissements de Paris-Centre subissent les plus importantes baisses des prix de l’immobilier de la capitale. Alors que les Ier, IIIe et IVe arrondissements sont boudés par les acheteurs, seul le IIe arrondissement est en hausse, sauvé par sa clientèle bobo.

Trois arrondissements de Paris-Centre en baisse

Depuis mars dernier, mais surtout depuis trois mois, le marché de l’immobilier à Paris continue son évolution à la baisse, Paris-Centre étant la première zone touchée. Quand le Ier arrondissement, légèrement sauvé par sa position historique, enregistre une baisse de 0.9%, le IIIe arrondissement -quartier des pied-à-terre- subit, lui, une baisse de 1.3%. Quant au IVe arrondissement, le plus cher des 4 composant Paris-Centre, il a vu le prix de ses appartements chuter de 1.8% : c’est celui qui a le plus baissé en 3 mois.

Le IIe arrondissement en légère hausse

Seul le IIe arrondissement peut se féliciter d’enregistrer une hausse de 0.8% par rapport aux mois précédant le début de la crise. L’aménité résidant dans les quartiers de la porte Saint-Martin, Montorgueil, Réaumur Sébastopol et leur clientèle bobo y sont pour quelque chose. S’ils sont les plus durement touchés par la crise, les quartiers huppés de Paris-Centre ne sont pas les seuls à enregistrer des baisses records. Selon le baromètre de Meilleurs agents, l’immobilier a baissé en moyenne dans toute la capitale de 0.5% durant ces 3 derniers mois.  Une tendance qui n’est pas prête de s’inverser après la mise en place d’un nouveau confinement !

À lire également : Confinement à Paris : Anne Hidalgo annonce de nouvelles restrictions

 

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités