fbpx

La Comédie Italienne au bord de la faillite, Dieudonné seul candidat pour sauver le théâtre

comedie-italienne-paris-zigzag
Par Camille Beau

Mythique mais criblé de dettes, le théâtre baroque de la rue de la Gaité nous avait bien plu avec son histoire rocambolesque digne des plus grandes représentations du genre de théâtre italien. Car oui, si la Comédie Italienne a finalement pu sortir la tête de l’eau, c’est tout bonnement grâce à un carré de soie de quelques dizaines de centimètres seulement : un mouchoir de Marilyn Monroe, vendu 300 000 euros afin d’éponger les dettes du théâtre.

Mais voilà, les dettes repartant à la hausse, le théâtre attend toujours un repreneur. Seul problème, le plus intéressé par l’affaire n’est autre que Dieudonné, ex-humoriste plusieurs fois condamné pour ses propos antisémites et son apologie du terrorisme. Une option refusée catégoriquement par les propriétaires de la Comédie Italienne… Jusqu’à ce qu’ils n’aient plus d’autre choix.

Dieudonné tente de récupérer la Comédie Italienne

Il est le seul à proposer des offres alléchantes au théâtre pour sa reprise. Dieudonné, dont la tentative de récupération du lieu avait échoué une première fois, revient poser sa candidature. “Évidemment que nous n’en voulons pas, cette idée donne envie de vomir, mais si tout le monde continue à nous marcher dessus, nous finirons par être moins regardants !” se désole Claudine Durant-Simon, bras droit d’Attilio Maggiulli, le propriétaire du théâtre. En effet, avec les dettes qui s’accumulent, la réduction des aides publiques et l’inconstance des autres candidats, le théâtre va devoir prendre une décision rapidement.

Une reprise du théâtre par Dieudonné ? Impensable pour la Présidente de l’Ile-de-France, Valérie Pécresse, qui se dit « prête à examiner les solutions à mettre en œuvre pour que la Comédie italienne ait le temps nécessaire afin de trouver un repreneur digne de son histoire et des valeurs artistiques et républicaines ». De son côté, le propriétaire regrette que ce soit toujours au dernier moment que les pouvoirs publics se réveillent…

À lire également :
A Paris, ces fraudeurs qui bravent le couvre-feu à bord des Uber et VTC