Le 3 mars dernier, le gouvernement a déposé un décret (n°2020-247) permettant de réquisitionner tous les masques détenus par les entreprises – afin d’“assurer la disponibilité ainsi qu’un accès prioritaire aux professionnels de santé et aux patients” – et limitant leur vente à certaines professions et aux malades possédant une ordonnance. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les tentatives de passer outre ce décret sont nombreuses : alors que les hôpitaux traversent une pénurie de protections sanitaires, les vols de masques et leur vente illégale, explosent.

Une saisie de 15.000 masques et 133l de gel sanitaire

Hier encore, à Paris, 2580 masques ont été saisis par la police pour être redistribués au personnel de la santé, en première ligne contre le coronavirus. Deux jours plus tôt, mercredi 18 mars, la police du 19e arrondissement, alertée par les riverains, avait débarqué dans une épicerie bio chinoise du boulevard de la Villette pour y découvrir un impressionnant stock de 15 000 masques (vendus 1,20 euros pièce). 133 litres de gel sanitaire apparenté gel hydroalcoolique y a également été retrouvé. Le gérant de nationalité chinoise a été placé en garde à vue.

Des masques vendus 10 euros l’unité

Mais au palmarès des prix de vente de masques les plus exorbitants, c’est une parapharmacie du 16e arrondissement qui prend la tête : le 18 mars, un stock de 981 masques de protection respiratoire de type FFP2 y a été saisi. Les masques étaient vendus 10 euros pièce. Le gérant a été verbalisé.

À lire également :
À Paris, une pluie d’amendes pour déplacements injustifiés

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités