fbpx

La Ville de Paris creuse sa dette pour sauver la tour Eiffel

Par Camille Beau

Fermée depuis le 30 octobre à cause de la crise sanitaire, la tour Eiffel accumule des pertes historiques. Mais alors que la plupart des lieux culturels accueillent à nouveau du public à Paris, la dame de Fer ne rouvrira ses portes que le 16 juillet prochain. En attendant, elle en appelle à la générosité de la Ville et même de l’Etat pour se remettre sur pieds. Tout aussi affecté par la crise, le Palais omnisports de Paris-Bercy -l’Accor Hotels Arena- va également pouvoir compter sur la Ville pour renflouer ses caisses.

Des sites fortement affectés par la crise

Pris d’assaut par les touristes étrangers depuis des décennies, la tour Eiffel est probablement en train d’écrire l’une des pages les plus dures de son histoire. Privée de visiteurs, elle devrait sortir de la crise avec un déficit de 120 millions d’euros, sur 2020 et 2021. Dès le premier confinement déclaré à la mi-mars, 2020 a été une année noire où le chiffre d’affaires est tombé à 25 millions d’euros, contre 99 millions l’année précédente. Appelée à la rescousse, la Ville de Paris, actionnaire majoritaire de la société qui exploite la tour Eiffel, a prévu réinjecter près de 59,4 millions d’euros dans sa recapitalisation. Pour cela, le Conseil de Paris prévu du 6 au 9 juillet devra augmenter l’autorisation d’emprunt de la Ville, et ainsi atteindre 841,9 millions.

Privé de concerts et d’évènements sportifs depuis des mois, l’Accor Hotels Arena devrait de son côté recevoir une aide à hauteur de 9 millions d’euros de la part de la Ville de Paris, également actionnaire majoritaire de la société qui exploite le site.

A lire également :
L’histoire mouvementée de la fonction de maire à Paris