Ses longues palmes flottaient encore sous la serre historique à quinze mètres de hauteur le mois dernier. Aujourd’hui, il ne lui reste que quatre mètres de tronc. Le Phoenix canariensis, célèbre palmier de la serre d’Auteuil, accueillait les visiteurs sous la verrière depuis 1953. Mais sa croissance commençait à poser problème, ses feuilles chatouillant le plafond de la structure et mettant en danger les autres plantes de la serre. Pour le bien de tous, l’arbre majestueux a été sacrifié durant la première quinzaine de mars.

Un palmier qui mettait en danger la serre 

Vieux de 80 ans et dominant les autres plantes à plus de 15 mètres de hauteur, le palmier atteignait la structure de la serre et menaçait la croissance de ses colocataires. Avec ses palmes gigantesques et son tronc interminable, le palmier avait déjà cassé un carreau de la verrière du XIXe siècle. Ralentir sa croissance semblait impossible puisque le palmier étant de type monopodial -le bourgeon unique ne pousse que par son centre-, on ne put le tailler ou l’élaguer. Après avoir étudié toutes les solutions, une seule s’est imposée aux jardiniers et conservateurs du lieu : le sacrifier pour la sauvegarde de la serre.

Durant la première quinzaine de mars, alors que les serres étaient fermées au public, les bûcherons de la Ville de Paris se sont attelés à la lourde tâche d’abattre une partie de l’arbre. Procédant par étapes, ils ont d’abord coupé la couronne de plus de 7 mètres de diamètre, avant de débiter les stipes -le tronc- par morceaux, afin de ne pas endommager le sol. Aujourd’hui, quelques palmes de l’arbre ont été conservées en souvenir, et décorent les serres horticoles du jardin. Une seconde vie pour le palmier adoré !

Photo : @Hasta_paris

A lire également :
La Ville de Paris propose des appartements “à moitié prix” pour les Parisiens de classe moyenne

 

 

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités