fbpx

Le spectaculaire projet "Mille arbres" a été annulé par la justice

Par Camille Beau

C’était l’un des projets les plus spectaculaires de l’opération “Réinventer Paris“, présenté en 2016. D’aspect assez utopique, un village flottant dans une forêt devait naître au-dessus du périphérique parisien. Mais ce n’est pas tout, “Mille arbres” devait aussi accueillir en son sein des logements, un hôtel 4 étoiles, une “rue gourmande” et une crèche. Le but ? Abolir la frontière de béton et d’asphalte entre Neuilly et Paris, et peupler ce lieu froid de mille arbres, pas un de moins. Mais initialement prévu pour mars 2022, le projet pourrait ne jamais voir le jour puisque le tribunal le juge « susceptible de porter atteinte à la santé publique ».

Mille arbres, un projet controversé

La Mairie de Paris avait donné son feu vert en août 2019 à la Compagnie de Phalsbourg pour réaliser ce fascinant ouvrage. Pourtant, depuis le début, il suscite de nombreuses indignations. Le premier coup a été porté par l’aéroport de Beauvais, obligé de déplacer la gare routière où se retrouvent les voyageurs qui prennent le bus pour rejoindre l’aéroport. Puis ce fut au tour d’une coalition écologiste, farouchement opposée à l’idée de créer un quartier au-dessus d’une autoroute urbaine, de lever la voix.

Après avoir analysé le projet, le tribunal a effectivement estimé qu’il était « susceptible de porter atteinte à la santé publique ». Selon lui, ce quartier, au nord de la porte Maillot, est déjà marqué « par un niveau élevé de pollution de l’air, au-delà des valeurs limites fixées par le code de l’environnement et les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé pour la concentration de dioxyde d’azote et de particules fines ». Il souligne que si la réalisation de l’ouvrage n’augmentera pas le taux de pollution de l’air, elle aura pour effet de déplacer les polluants vers des rues habitées. Dans une décision rendue publique le 2 juillet, il annonce que le permis de construire du projet “Mille arbres” est donc annulé. 

A lire également :
2000 m2 de street art à découvrir gratuitement dans un immeuble désaffecté !