fbpx

Le syndrome de Paris, ce curieux mal qui touche les touristes japonais

Par Kevin

Quand la réalité dépasse le fantasme. Beaucoup d’étrangers découvrent Paris à travers les beaux reportages, les documentaires de qualité, les films romantiques ou les sublimes clichés publiés sur Instagram. Mais lorsqu’ils débarquent dans la capitale, le dépaysement peut être manifesté par un sentiment de dégoût qui a un nom : le syndrome de Paris.

Syndrome de Paris, l’exemple des touristes japonais 

Le syndrome de Paris est un phénomène observé dans les années 1980 par un psychiatre japonais nomméé Hiroaki Õta qui travaille à l’hôpital Saint-Anne de Paris. À cette période, le tourisme de masse est en plein essor selon la psychanalyste Eriko Thibierge-Nasu à Geo. Elle s’est basée sur le cas du Japon. “À l’époque, il y a une bulle financière au Japon qui conduit de nombreux japonais à venir à Paris, considéré comme le haut-lieu du tourisme et du shopping, notamment”, explique-t-elle. Dans les années 1980, de nombreuses jeunes femmes venues du Japon sont confrontées à la réalité parisienne et éprouvent une certaine difficulté à s’adapter aux codes de la capitale. Ce qui engendre des comportements antisociaux, des hallucinations et même, une envie de mourir.

Des touristes “beaucoup moins” surpris à leur arrivée à Paris

Mais qu’en est-il plusieurs décennies plus tard ? Comment se manifeste le syndrome de Paris en 2022 ? Selon Eriko Thiberhe-Nasu, les touristes et les voyageurs japonais en l’occurrence, éprouveraient toujours un certain répulsion face au mode d’expression des français mais aussi une certaine déroute liée au mode de transport qui diffère de leur pays d’origine. Mais alors, comment remédier à cela ? La psychanalyste préconise que les touristes venus de Japon “comprennent le rapport des français à la parole et la différence fondamentale entre la parole au Japon et la parole en France.”  Elle estime cependant que, grâce à la mondialisation, les touristes “sont mieux informés grâce à Internet et sont donc beaucoup moins surpris” à leur arrivée dans la capitale.

Crédit photo : Paris ZigZag

Kevin Sonsa-Kini

 

À lire également : Le musée du parfum Fragonard rouvre ses portes ce mois-ci !