fbpx

Les Bretons nous piquent nos Autolib' !

Par Jade

Autolib’, un feuilleton qui n’en finit pas : depuis son arrêt à Paris le 31 juillet 2018, les véhicules du service d’autopartage de voitures électriques font désormais des heureux sur la côte Atlantique. En Bretagne, une grande vente d’Autolib’ est organisée ce weekend.

Une seconde vie pour les Autolib’

Lancé en 2011, Autolib’ n’avait pas su trouver son public dans la capitale, contraignant le groupe Bolloré à stopper leur mise en service. Suite à la résiliation du contrat entre le syndicat gestionnaire et le groupe en juin dernier, les 4000 véhicules ont été temporairement entreposés dans une usine de recyclage à Romorantin, dans le Loir-et-Cher.

Aujourd’hui, des garages rachètent les petites voitures électriques BlueCar pour les revendre aux particuliers.

autolib-paris-zigzag

Un concessionnaire du Morbihan a dernièrement eu la bonne idée de racheter 500 voitures au groupe Bolloré, les sauvant ainsi de la casse. Après reconditionnement et contrôle technique de rigueur, chaque voiture est proposée au prix exact de 4990 euros.

Une grande vente organisée ce weekend à Lorient

Après une première vente réussie de plus 200 véhicules, le concessionnaire Autopuzz compte vendre une nouvelle centaine de voitures vendredi 22 et samedi 23 février. Derrière le succès, une attirance des acheteurs pour les différents avantages et primes alloués à l’achat d’un véhicule électrique, à l’image de la prime à la conversion pour l’achat d’une voiture électrique d’occasion.

Autolib' Bluecar carsharing service, Paris, France

D’une autonomie de 250 km, l’Autolib’ se branche sur une prise électrique classique de 220V, moyennant une facture d’électricité de 25 à 30 euros par mois pour une utilisation quotidienne.

Une véritable seconde vie pour ces véhicules que beaucoup croyaient maudits !

À lire aussi :
IKEA installe des bains chauds en bord de Seine !
Le radeau végétalisé qui dépollue Paris
Une sieste gratuite dans une cabane à Paris