paris-toits-vue-paris-zigzag0

Entre 30 et 40€ le gramme, le safran est l’or rouge des épices. En France, la production des safranières n’atteint pas plus de 100 kg par an. Et l’agriculture urbaine n’est pas en reste en matière de safran.

safran-paris-zigzag

Quatre sœurs, les Bien-Élevées, investissent les toits de Paris et de banlieue pour y développer des plantations de safranières en contexte urbain ! Récemment elles ont aménagé une plantation de 20 000 bulbes sur les 300 m2 de terrasses, du toit du lycée Guillaume-Tirel, une école d’hôtellerie et de restauration réputée. Les élèves participeront à toutes les étapes de production de l’épice : de la plantation à son intégration dans une recette en passant par la récolte.

Une partie de cette récolte, estimée à 150g, est destinée aux cuisines du restaurant d’application de l’école. Une autre, sera utilisée par de grands chefs qui saluent l’initiative des Bien Élevées. Ce safran urbain, passé sous le scrupuleux microscope des ingénieurs d’AgroParisTech, a été classé catégorie 1, gage de qualité, car premier du classement de 5 niveaux !

Leur production, disséminée aux quatre coins de la ville, à l’Institut du Monde Arabe, sur le toit d’un supermarché, mais aussi à Montrouge et à Ivry devrait offrir cette année près de 700g de safran. Les soeurs des Biens Élevées souhaitent s’inscrire dans le “tissu local” afin de promouvoir un lien direct entre les particuliers, les commerçants et les artisans des métiers de bouche.

À partir de ce samedi jusqu’au 5 novembre, initiez-vous à la cueillette et à l’émondage à travers les ateliers proposés par les Bien élevées.

On leur souhaite une belle ascension !

À lire également :
Pourquoi les toits de Paris sont-ils gris ?
Le perchoir sur le toit de gare de l’Est rouvre !

 

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités