Un plongeon dans les Années 30 à quelques pas de chez nous

musee-des-annees-30-boulogne-billancourt

Photo de couverture : Vue du 4ème étage © Musées de la Ville de Boulogne Billancourt – Photo : Philippe Fuzeau

 

Parfois, il suffit de s’éloigner un peu de son périmètre habituel pour faire de jolies trouvailles… Récemment, notre chemin s’est égaré tout près de l’Hôtel de Ville de Boulogne, sur l’avenue André Morizet, devant un haut bâtiment moderne aux lignes courbes, entièrement vitré : l’Espace Landowski. C’est là que se trouve le musée des Années 30 dont les surprenantes collections valent à coup sûr le détour !

espace-paul-landowski-boulogne-billancourt
Vue de l’Espace Landowski. © Musées de la Ville de Boulogne Billancourt – Photo : Philippe Fuzeau

Ce musée n’a officiellement vu le jour que dans les années 90, rassemblant une grande partie des collections accumulées par la mairie de Boulogne depuis les années 1939. Si l’on désigne, plus communément, le quartier de Montparnasse comme épicentre de la création artistique des Années folles, n’oublions pas que la banlieue boulonnaise a, elle aussi, connu ses heures de gloire ! Comme alternative à la crise du logement de l’époque, nombre de résidences d’artistes et de maisons-ateliers se créent à Boulogne dans les années 30, accueillant de très grands noms de l’art moderne et de son rival, l’art figuratif (Lipchitz, Landowski, Souverbie, Volovick, Gentil, Bourdet, Huré, Pagnol, …).

musee-des-annees-30-boulogne-billancourt
La salle des portraits, entre peintures et bustes sculptés. © Sarah Pons / Paris ZigZag

Au vu de l’héritage considérable légué par ces artistes à la commune, la nécessité de créer un espace exclusivement dédié à la période est donc apparue comme une évidence. La scénographie du musée, construite de manière thématique, est alors pensée de manière à rendre compte des différentes facettes de l’art des années 30, trop souvent relégué uniquement à la modernité ou à l’Art Déco.

musee-des-annees-30-boulogne-billancourt
La salle dédiée à l’Ecole de Paris. © Sarah Pons / Paris ZigZag

La visite commence au deuxième étage où l’on découvre la salle des portraits qui donne un bel aperçu des différentes influences artistiques de l’époque. On remarque tout de suite que les œuvres qui émergent pendant les années 30 sont tout particulièrement empreintes des évolutions de la société : les artistes du courant Forces Nouvelles, marqués par la Première Guerre mondiale, préfèrent représenter des scènes plutôt tragiques, tandis que certains de leurs contemporains s’attachent plutôt à dépeindre la société mondaine, se concentrant souvent sur la représentation de la femme et son émancipation. Le thème du nu féminin et celui de la société des loisirs qui émerge après 1936 côtoient d’autres sections consacrées tour à tour à l’art très académique de l’Ecole de Paris, ou bien à l’art graphique qui prend son essor notamment avec la publicité.

musee-des-annees-30-boulogne-billancourt
Dans le cabinet des dessins, une exposition est consacrée à l’art graphique post-1936 pour représenter la société des loisirs qui naît à cette époque. © Sarah Pons / Paris ZigZag

Le troisième étage est lui dédié à l’art sacré, à l’art colonial et même à l’art animalier, tandis que le quatrième étage s’intéresse davantage à l’architecture et à l’ameublement qui opposent véritablement, à l’époque, les avant-gardistes aux décorateurs. Des maquettes permettent notamment d’appréhender les plus grandes réalisations architecturales de la période à Boulogne, la plus caractéristique étant la villa Cook qui sollicite la collaboration de trois grands noms de l’époque : Le Corbusier, Mallet-Stevensn et Fischer. On termine notre visite au rez-de-chaussée consacré à l’art monumental : on y admire des sculptures titanesques, héritage des Expositions internationales de 1925, 1931 et 1937.

musee-des-annees-30-boulogne-billancourt
L’espace consacré à l’art sacré. © Sarah Pons / Paris ZigZag
musee-des-annees-30-boulogne-billancourt
La salle dédiée à l’art colonial. © Sarah Pons / Paris ZigZag
musee-des-annees-30-boulogne-billancourt
Sous la verrière, une exposition consacrée à l’art animalier. © Sarah Pons / Paris ZigZag

Cette galerie se parcourt ainsi dans une véritable continuité, on déambule de pièce en pièce, en se laissant porter par cette grande diversité d’accrochages et de supports : peintures, sculptures, dessins, affiches originales, documents d’archives, maquettes, mobilier, céramiques, … L’espace est découpé de telle sorte qu’il ne paraît ni trop petit ni trop grand et le rendu est ainsi très chaleureux. On trouve des œuvres même où l’on ne s’y attend pas (dans les recoins, les couloirs, les escaliers) et l’explosion de couleurs est telle qu’elle rend de ce fait l’endroit extrêmement vivant.

musee-des-annees-30-boulogne-billancourt
Le quatrième étage dédié à l’architecture avec notamment des maquettes d’habitations construites par les grands architectes de l’époque et du mobilier d’intérieur (à droite, un fauteuil du Corbusier). © Musées de la Ville de BoulogneBillancourt – Photo : Philippe Fuzeau
musee-des-annees-30-boulogne-billancourt
Le rez-de-chaussée dédié à l’art monumental, notamment des sculptures présentées aux Expositions universelles de 1925, 1931 et 1937. © Sarah Pons / Paris ZigZag

Tout au long du parcours, on découvre des œuvres particulièrement emblématiques telles que : le modèle original de la statue du Christ Rédempteur dominant la ville de Rio de Janeiro, conçu par Paul Landowski ; un fauteuil provenant de l’Hôtel du Collectionneur, réalisé par l’ensemblier Jacques-Emile Ruhlmann ; l’imposante huile sur toile de Maurice Denis représentant “Le Baptême du Christ” que l’on retrouve sur les mosaïques de l’église Saint-Paul de Genève ; l’affiche originale de l’Exposition coloniale de 1931 ; ou encore, le sublime paravent laqué de Pierre Bobot illustrant “Les Plaisirs Champêtres”. Au total, le musée présente près de 800 peintures, 1500 sculptures et 20 000 dessins, sur une surface d’exposition avoisinant les 3000m2.

musee-des-annees-30-boulogne-billancourt
Jacques-Emile Ruhlmann (1879-1933) – Fauteuil dit Collectionneur, 1925 © Musées de la Ville de Boulogne Billancourt – Photo : Philippe Fuzeau
musee-des-annees-30-boulogne-billancourt
Victor Desmeures (1895-?) – Exposition Coloniale Internationale Paris, 1931 © Musées de la Ville de Boulogne Billancourt – Photo : Henri Delage
musee-des-annees-30-boulogne-billancourt
Au deuxième étage, le paravent laqué de Pierre Bobot illustrant “Les Plaisirs Champêtres”. © Musées de la Ville de Boulogne Billancourt – Photo : Philippe Fuzeau

Pour plus d’infos sur le musée des Années 30, cliquez ici.

Vous souhaitez en savoir davantage sur les créations artistiques si atypiques de cette période, découvrez notre article sur les pépites de l’Art Déco.

 

Sarah PONS

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités