fbpx

Où en sont les travaux de Notre-Dame de Paris ?

Notre-Dame de Paris Crédit : Adobe Stock - sborisov
Par clementine

Après l’incendie qui l’a ravagée en avril 2019, Notre-Dame doit se reconstruire petit à petit. Fermée à la visite depuis, les touristes et Parisiens n’attendent qu’une chose : pouvoir la (re)découvrir. Réouverture, avancement des travaux, calendrier… Paris ZigZag fait le point. 

Des échéances maintenues

Après deux ans de sécurisation, d’analyse, de nettoyage, de préparation, le chantier de la cathédrale a pris un coup dur cet été avec la disparition du général Jean-Louis Georgelin, superviseur de la reconstruction de la cathédrale, remplacé par Philippe Jost. Si la réouverture de la cathédrale est toujours prévue pour décembre 2024, l’objectif affiché d’ériger la flêche pour les Jeux Olympiques de Paris en juillet 2024 est plus que jamais d’actualité. En effet, elle devrait être terminée d’être mise en place en décembre de cette année ! 

Des avancées visibles dans la structure

Les derniers mois ont été déterminants dans l’avancée des travaux. En effet, la charpente a été en partie restituée cet été. Les fermes en chêne massif, qui constituent l’ossature de la charpente et encadrent la flèche et les bas du transept, ont été grutées et assemblées, tout comme le grand comble (nef, chœur et les deux bras du transept). Tous ont été travaillés d’après les dessins d’origine et la flèche a été conservée telle que celle créée par Eugène Viollet-le-Duc. En parallèle, le montage du fût, la partie centrale de la flèche, a été effectué. Alors que l’ensemble des décors en bois a d’ores et déjà été monté, les prochaines étapes seront de réaliser les deux étages puis de poser l’aiguille. 

L’intérieur nettoyé et restauré

Outre la structure de la bâtisse, des éléments essentiels de Notre-Dame nécessitaient de l’entretien et des restaurations. C’est le cas notamment de l’orgue, qui a été démonté entièrement pour être nettoyé et restauré en profondeur. Chacun de ses 8000 tuyaux sera replacé prochainement. Heureusement seulement encrassées, les 39 baies hautes ont également suivi le même processus. 

Au fur et à mesure, les échafaudages (des bras nord et sud du transept) sont enlevés, les maçonneries et voûtes sont remontées ou renforcées. Les décors, comme celui de la clôture du chœur ou de la sacristie, sont restitués et retrouvent leur éclat

inscription

Le concours de passionnés

Les travaux de la cathédrale nécessitent la collaboration de nombreuses entreprises de talent, souvent très spécialisées, d’artisans de génie et d’un grand nombre de savoir-faire uniques. Ainsi, sur le chantier, les maçons-tailleurs de pierre côtoient les restaurateurs de peintures murales et de sculptures, les charpentiers ou les couvreurs. Les maîtres-verriers, ferronniers d’art et sclupteurs sur bois collaborent. S’ils déplorent tous le tragique incendie, ils se révèlent tous passionnés de participer à une aventure si extraordinaire ! 

Enfin, détail non négligeable, les travaux électriques, techniques et de protection (incendie par exemple…) ont débuté cet été !

Crédit photo de une : Adobe Stock © sborisov