fleurs-séchées-paris-zigzag

On peut lire un peu partout des articles sur le grand retour des fleurs séchées. Comment faire un beau bouquet de fleurs séchées, pourquoi faut-il remplir sa maisonnée de ces bouquets figés, où trouver de l’herbe à pampa (ces plumeaux que les Parisiens s’arrachent) ?

On a enquêté pour savoir ce qui se tramait dans la tête des Parisiens qui vouent désormais un culte à la fleur séchée, jadis, passion de notre mémé.

Scabieuses, blé sec, statice, orge, et rhodanthe, plumeau (rebaptisé herbe à pampa), les Parigots délaisseraient-ils leur bon vieux cactus pour s’offrir l’esprit campagne à la maison ? Une nostalgie certaine sonne aux portes de 2020 !

Le Parisien en mal de campagne 

On est là à regarder par notre fenêtre et à s’attendrir sur un pigeon sans patte qui vient de se poser sur le rebord de notre fenêtre… Ému, le Parisien rêvasse et philosophe sur le chant des oiseaux, l’appel de la forêt et les envies de verdure… Il est dans le mal. Mamie lui manque, les grands espaces lui manquent, Kiki, le chien de la voisine lui manque, et il se met à chercher des subterfuges… Draps en lin, miroir en rotin, bougie senteur feu de bois : le Parisien se tente campagnard à la ville… Et c’est là que la fleur séchée prend tout son sens.

Comme nous le rappelle Barbara Leperlier, fondatrice de The Blond Cactus, le bouquet de fleurs séchées plait « aux urbains qui souhaitent fleurir leur intérieur sans contraintes d’entretien et qui aiment la décoration. » Bingo, c’est tout ce qu’il nous faut.

La dimension écolo du bouquet séché

Eh oui, le Parisien, en plus de se piquer de campagne, se pique aussi d’écologie (dieu merci !) Alors qu’un bouquet fane aussi vite qu’on l’a posé dans notre appartement pollué, le bouquet de fleurs séchées, lui, résiste des années ! Un investissement, certes (comptez en moyenne 35 euros le bouquet) mais sur le long terme… Et ça, c’est bon pour nos envies zéro déchet.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

@floweredbythierryferet X @giambattistavalliparis Thx to @biscottinoclo 🦚🦚🦚 #flowerbomb #couture #hautecouture #montrucenplumes #feather #pink

Une publication partagée par Flowered By Titi La Tige (@floweredbythierryferet) le

La déconnexion à la terre

Ne nous mentons pas… Lorsqu’on a passé plus de dix ans à Paris, on sait à peine reconnaître une chèvre d’une brebis… Et du coup, planter, bécher, faire pousser, sont tant d’aspects qui relèvent du vaste mystère de la vie…

La Mairie de Paris lutte contre la pollution à grand renfort d’arbres plantés – les pauvres s’en avalent des kilos – et les assos fabriquent des bombes de graines pour revégétaliser la Ville. C’est bien, mais le petit Parisien ne peut toujours pas avec son carré de jardin chez lui…

Solution : s’entourer de fleurs-doudous qui lui rappellent mémé, ses tartines de pain beurré et ses bouquets de lavande séchée.

En plus, pour entretenir ses fleurs séchées, on n’a rien à faire ! A part éventuellement un petit coup de sèche-cheveux à froid pour les dépoussiérer. Un Parisien qui fait du jardinage un sèche-cheveu à la main… Il nous étonnera toujours.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Brownie 🐿

Une publication partagée par Atelier Prairies (@atelierprairies) le

Le sinus dégagé

Autre point important pour ne pas importuner le quotidien de nos petits appart’ parisiens : limiter l’allergie. Avec des pics de chaleur incontrôlables, une pollution accrue et des graminées à foison, le petit nez du Parisien est mis à rude épreuve. Quatre arbres sur dix ont un fort potentiel allergisant, notamment le platane, qui a connu un fort engouement dans toute la France, mais qui irrite les muqueuses comme personne !

La fleur séchée, elle, sait rester discrète et inodore… Et les asthmatiques l’en remercient.

Se mettre à la tendance

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Feux d’automne pour @maisonmontespan …Season shades for @maisonmontespan

Une publication partagée par Miyoko Yasumoto (@une_maison_dans_les_arbres) le

On évitera le petit bouquet de lavande coupé court et placé dans le tiroir à t-shirts. Certes, c’est bon antimites, mais vous passerez pour un has-been fini. Ce qu’il faut pour surfer sur la tendance, c’est un bouquet déstructuré, un truc un peu boho, réalisé par de vrais artistes fleuristes… A moins d’avoir ça dans le sang, pas facile de créer un bouquet de toute beauté. Ça ressemblera plus à un cadeau fait par votre neveu de six ans qu’à un décor maîtrisé et judicieusement placé sur votre belle enfilade scandinave… Alors on déniche les fleuristes parisiens qui offrent de jolis bouquets de fleurs séchées.

Eh oui, à Paris, même pour avoir l’air champêtre, on doit garder le contrôle !

A lire également :

Où trouver des fleurs séchées à Paris ?
Les plus beaux fleuristes de Paris
Comment piger les expressions des Parisiennes 

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités