Quoi faire un dimanche à Paris pour ne pas mourir d’ennui ?

paris-dimanche-resto-parisien-paris-zigzag

Dimanche… D’août. En deux mots un grand vide surgit en nous.

Mais que faire ? Les restos sont fermés, les rues sont vides, la moitié de nos amis sont encore en vacances : c’est un peu l’angoisse terrifiante de se croire en province alors qu’on est à Paris. Brrr.

Alors on s’est fait une petite liste (qui fonctionne également les 25 décembre) pour ne pas mourir d’ennui, perdus que nous sommes sans nos habitudes parisiennes.

Dormir très tard

Vous voyez ce moment où l’on ouvre un œil, où l’on se demande si l’on se lève maintenant pour profiter un peu ou si l’on sombre encore quelques minutes pour savourer le fait de ne pas avoir à se lever ?

Sombrer est la clef. Repos bien mérité et heures grappillées sur la journée, histoire de ne pas avoir tout fait à 11h et de tourner en rond.

Refaire sa déco

OK, dehors il n’y a pas grand-chose à faire, alors on s’occupe de son intérieur. On se fait toutes les rediffusions de La Maison France 5, on prend des notes, on range, on réorganise, on jette. Si on s’attaque à la salle de bain, cela nous prendra bien quatre heures.

Un appartement revu à la hausse pour bien commencer la semaine : idéal.

Acheter des plantes

C’est un des rares magasins encore ouverts : le petit fleuriste du coin. On va lui demander conseil, on achète quelques plantes parce que quand on s’ennuie, on se sent investi et on veut faire notre part de colibri.

Alors on végétalise : ça dépollue la ville. Et on se fait un ami fleuriste, c’est toujours utile.

Aller à la piscine

Il fait chaud, on s’ennuie : le sport est le meilleur moyen de s’occuper, de revenir fatigué et déculpabilisé. On aura fait un truc bien pour nous dans la journée, et ça c’est beau.

Boire un verre façon Beauvoir et Sartre

Les endroits hyper chers et touristiques restent ouverts tout l’été bien sûr. Direction donc Saint-Germain-des-Prés, avec un carnet Moleskine sous le bras, un vieux roman et une grosse paire de lunettes.

Un truc qu’on ne fera qu’en août parce qu’autrement, on descend juste à notre petit bar de quartier.

Faire un marathon de séries

OK on a le droit de rattraper notre année de séries Netflix manquées pour être à la page à la rentrée. Ce n’est pas de l’orgie télévisuelle, c’est juste de la culture G.

Prévoir un apéro à 17h30

Puisqu’on se lève lundi et qu’on ne peut pas faire trop d’excès, on décale ! On invite quelques amis esseulés à Paris pour un apéro-goûter, on prévoit un peu de vin, de fromage, deux trois amuse-bouches et autres festivités qui nous rappelleront le mois de juin lorsqu’on nous appelait tous les soirs pour un apéro…

Résultat ? A 22h on est couché et on n’a pas vu la journée passer !