fbpx

Tourisme : un été catastrophique pour Paris et l’Île-de-France

Par Cyrielle

Les chiffres révélés jeudi 27 août par le Comité régional du tourisme de Paris Ile-de-France sont éloquents : au cours du premier semestre 2020, la région francilienne n’a accueilli que 9,4 millions de visiteurs… soit 14,3 millions de moins que sur la même période en 2019 qui avait comptabilisé 23,7 millions de visiteurs. Ce chiffre représente un plongeon de près de 60 % par rapport aux chiffres de l’an dernier et correspond à un manque à gagner d’environ 7 milliards d’euros. Une catastrophe qui s’est poursuivie cet été pour la région et qui pourrait avoir des conséquences fortes pour les 500 000 emplois relevant de ce secteur dans la région.

Une baisse de 60% en août dans les lieux culturels et touristisques

La baisse du nombre de touristes a notamment fortement impacté la saison estivale des lieux culturels et monuments parisiens : au Louvre, la fréquentation a dégringolé de 75% en juillet et de 60% en août par rapport aux chiffres de 2019. Pour la tour Eiffel, les chiffres sont un peu moins dramatiques puisque 12 000 personnes empruntent quotidiennement les escaliers ou l’ascenseur menant au premier étage de l’édifice depuis sa réouverture, contre 25 000 visiteurs en temps normal, ce qui correspond à une chute de « seulement » 50%.

Les hôtels, restaurants et cafés encore en péril

Mais la situation est plus compliquée pour les restaurants, hôtels et autres petites structures qui ne possèdent pas ou peu de trésorerie de secours : dans les hôtels, les nuitées ont chuté de 61 % au premier semestre et, à la fin du mois d’août, près d’un hôtel sur deux était encore fermé à Paris. Ceux qui sont ouverts travaillent souvent à perte, le taux d’occupation ne dépassant pas les 34 % en août, selon le cabinet MKG.

Côté restaurants et cafés, l’autorisation d’extension des terrasses, l’été très sec et le retour des locaux ont permis aux bars, cafés et restaurants de quartier, qui ont une clientèle d’habitués, de s’en sortir un peu mieux, mais la situation reste mauvaise : dans les quartiers touristiques et les zones d’affaires où les clients étrangers comptent pour 80% de la clientèle, les chiffres d’affaires oscillent toujours entre 20 % et 30% des chiffres habituels. Si certains lieux se sont réinventés en proposant la vente à emporter ou la livraison, voire en transformant leur établissement en point de vente de producteurs, 20% des restaurateurs parisiens ont préféré ne pas rouvrir avant septembre.

Seule bonne nouvelle dans cette histoire : c’est encore le moment de (re)découvrir tous les grands monuments parisiens que vous évitez soigneusement en temps normal car toujours bondés.

À lire également : L’autorisation de l’extension des terrasses prolongée jusqu’en juin 2021 !