Une scène atypique s’est déroulée au musée du Quai Branly dimanche dernier. Pour le dernier jour de l’exposition « Douces figures, vous êtes finies », une carte blanche laissée à Bettina Rheims, une artiste a marqué de deux grandes traces rouges une photographie d’une FEMEN.

Deborah De Robertis est une artiste performeuse qui a déjà fait beaucoup couler d’encre depuis sa première performance devant L’Origine du Monde au Musée d’Orsay en 2014. Dimanche dernier au musée du Quai Branly, elle a fait deux grandes traces de sang sur une photographie de Sarah Constantin, une activiste FEMEN, prise par Bettina Rheims. Pour ce geste, elle cite l’artiste Ana Mendieta, la reine du body art qui a marqué de deux traces de sang pour dénoncer les violences faites aux femmes.

thumbnail_deborahderobertis-branly-02-HD

 

L’artiste entend questionner la manière lisse dont Bettina Rheims a pris en photo les féministes de FEMEN. Pour elle, il était en effet nécessaire de pointer du doigt le manque de subversion des images présentes dans l’exposition. « En rendant aux femmes leur pulsion de vie, je redonne aux images un caractère politique » : telle est l’intention de l’artiste pour cette performance devant la photo de Bettina Rheims. Elle a invité la célèbre photographe (qui a notamment réalisé le portrait officiel de Jacques Chirac dans les jardins de l’Élysée) à reconsidérer l’œuvre dans son état actuel. Pour Deborah De Robertis, l’œuvre a désormais deux auteures. Cependant, Bettina Rheims ne s’est pas encore exprimée sur la question… Affaire à suivre !

Pour voir la vidéo de la performance, c’est ici : https://vimeo.com/273290299

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités