origine-nom-taxi-g7-paris-zigzag

Impossible de passer une journée dans la capitale sans en croiser au moins un ! On ne parle pas d’un square ou d’un grand boulevard, mais bien du d’un taxi, toujours aussi pratique pour aller d’un endroit à l’autre dans la vaste capitale. S’ils sont aujourd’hui concurrencés par les VTC, les taxis restent très présents et perpétuent ainsi une longue tradition qui remonte tout de même à Louis XIII. Petite histoire d’un service vieux de presque… 400 ans !

Le chauffeur de taxi créé par Louis XIV ?

De quand date le premier taxi ? C’est en 1617 que l’on retrouve la trace des premières autorisations d’exploitation de la chaise à porteur, bientôt remplacée par “la vinaigrette”, un modèle plus évolué doté de deux roues et toujours tiré par un homme. Si ces deux moyens de transport sont considérés comme les ancêtres du taxi, beaucoup considèrent le fiacre, apparu en 1637, comme le premier vrai taxi de Paris. Le porteur étant remplacé par un cheval, il s’agit alors du premier service de voiture mis à disposition du public. Les choses vont même évoluer en 1657, lorsque Louis XIV délivre la première réglementation de cette profession à travers une ordonnance royale : chaque véhicule se voit apposer un numéro, l’exploitant doit maintenir son fiacre en bon état de marche et le conducteur du fiacre doit respecter la réglementation et avoir une bonne ligne de conduite et de savoir-vivre… Le taxi est né !

Quelques années plus tard, les tarifs seront fixés en fonction de la durée d’occupation du fiacre. Il faudra ensuite attendre le XIXe siècle, et plus précisément l’année 1877, pour que le fiacre connaisse sa plus grande innovation : l’installation des premiers compteurs kilométriques. 16 ans plus tard, les fiacres électriques débarquent dans la capitale et peuvent ainsi transporter jusqu’à trois personnes à un rythme de 20km/h !

fiacre-paris-zigzag
Avant le taxi à Paris, il y avait le fiacre…

Une profession qui a évolué avec son temps

Le 4 mars 1905 est créée la « Compagnie française des automobiles de place » : appelés taxis G7 – en référence à leur garage, le numéro 7, se situant à Saint-Ouen – les véhicules utilisés sont des Renault Type AG. Des taxis qui, pour la petite histoire, deviendront célèbres lors de la Première Guerre mondiale, quand ils seront réquisitionnés par l’armée pour transporter des soldats français de Paris vers le front. Entre-temps, le taxi est devenu un marché à part entière et, face à l’apparition de nouvelles sociétés, de nouvelles réglementations sur les tarifs ont été mises en place.

Alors que leur nombre ne cesse d’augmenter, un décret préfectoral limite en 1937 le nombre de taxis dans Paris à 14 000. Un an plus tôt, les grèves nationales de 1936 ont mené à la création d’une convention collective des taxis de la Seine : les journées de travail sont limitées à 11h pour les indépendants et à 10h pour les salariés et chaque travailleur dispose d’un jour de repos par semaine et 15 jours de congés par an. De plus, la rémunération des chauffeurs est également modifiée, puisque ceux-ci disposent désormais d’un salaire fixe, auquel s’ajoute un pourcentage de 25% de leur recette.

1953, la mention lumineuse TAXI devient obligatoire

À peine le temps de profiter de ces évolutions que la Seconde Guerre mondiale éclate, mettant ainsi l’industrie du taxi au point mort. Durant l’Occupation, les taxis sont réquisitionnés et ce n’est qu’en 1945, au lendemain de la guerre, que les quelque mille taxis restants seront à nouveau utilisés à reprendre le service. La situation ne reviendra à la normale qu’en 1955, avec près de 12 500 véhicules recensés. Entre temps, en 1953, le célèbre lumineux avec la mention “TAXI” est devenu obligatoire sur chaque véhicule.

La seconde moitié du XXe siècle sera marquée par la création de nouvelles fédérations de taxis, l’apparition de nouvelles réglementations ou de lois spécifiques au marché du taxi. Aujourd’hui, les taxis sont toujours aussi présents dans la capitale, en attendant l’arrivée des taxis volants, mais doivent désormais composer avec la concurrence des VTC, ce qui a déjà entraîné plusieurs grèves et manifestations dans la capitale… Un chapitre agité de plus à ajouter à la longue histoire des taxis à Paris !

À lire également : Le premier transport en commun est né à Paris !

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités