Félix Vallotton, chronique parisienne d’un « Nabi étranger »

De ses soleils rougeâtres à ses intimités plongées dans le noir, Félix Vallotton a défendu toute sa vie un art « étranger », qui ne désire se rattacher à aucune École. Au tournant du XXe siècle, ce franco-suisse est devenu l’électron libre des avant-gardes parisiennes, circulant un temps dans le cercle des Nabis. Récemment sorties de l’ombre, ses 1704 peintures, ses 237 gravures et ses nombreuses illustrations font désormais sa renommée parmi les modernes.

Cet article est réservé aux membres Zigzag. Pour accéder à tous les articles en illimité et soutenir Paris Zigzag cliquez sur s’abonner.

S'abonner

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités