Henri IV, premier maçon du royaume et initiateur de modernité à Paris

Henri de Bourbon, né roi de Navarre, n’était pas prédestiné à diriger le royaume de France. Et pourtant son règne deviendra l’un des plus marquants de l’histoire ! Mené par cette puissante volonté de réconcilier et pacifier son peuple au lendemain des terribles guerres des religions, il mettra tout en œuvre pour remodeler Paris à l’image de son règne.

Un destin royal

Premier roi de la lignée des Bourbons, branche cadette de la dynastie capétienne, Henri 4 est élevé jusqu’à ses 10 ans dans le château familial de Béarn, à Pau. Baptisé catholique mais influencé par sa mère protestante, il passe ses jeunes années à vivre simplement, courant les champs avec ses camarades paysans. Une éducation bien différente de celle de ses prédécesseurs valois, formés dès le plus jeune âge à la vie palatiale sûrement à l’origine de sa personnalité atypique.

Souverain au bon caractère, il s’installe non sans mal à Paris en 1594. Et c’est une ville insalubre et saccagée par les tragiques guerres des religions qu’il découvre à son entrée dans la cité médiévale la plus peuplée d’Europe occidentale. Bien décidé à redonner toute sa grandeur au royaume et à légitimer son pouvoir, il est à l’origine du célèbre édit de Nantes paru en 1598, qui entérine la paix dans son territoire. Un événement historique connu de tous mais qui est loin de délivrer ce règne durant lequel Henri 4 offre à Paris ses premières grandes transformations vers une ville moderne. Aidé par son surintendant des Bâtiments et Grand Voyer de France Sully, il consacre le reste de son règne à doter Paris de nouveaux équipements publics.

Des chantiers qui permettent non seulement de relancer l’économie du pays suite à ces années de guerre en donnant du travail aux hommes, mais également d’offrir à son peuple de grands espaces de vie. Car ce roi élevé dans de grandes étendues vertes ne peut supporter cette cité médiévale aux ruelles étroites, noyées par les constructions désordonnées. Et c’est porté par cette volonté d’offrir des lieux de rencontre qui témoignent de Sa Grandeur qu’il propose le premier projet d’urbanisme de la capitale : les travaux d’agrandissement du Palais du Louvre.

Les travaux du Louvre

louvre-tuilerie-plan-henri4-travaux

Si le roi Henri 4 se démarque particulièrement par cette volonté de construire des espaces publics, c’est d’abord au Louvre qu’il s’attaque!  Avec l’aide de Sully, il élabore un programme architectural, le Grand Dessein, qui sera poursuivi par tous ses successeurs donnant au 20eme siècle la perspective reliant la colonnade du Louvre à l’Arche de la Défense. Un projet spectaculaire pour agrandir de quatre fois cette demeure des rois et lier ce château à celui des Tuileries, construit quelques années auparavant par Catherine de Médicis. Il commence d’ailleurs les travaux en terminant le projet de l’aile Sud, partie réservée aux reines, avant de construire une galerie en bordure de Seine longue de 470 mètres pour unir les deux palais en 1594. Inspirée par l’architecture italienne, cette promenade couverte est dotée d’un étage pensé pour accueillir les fêtes et événements de la Cour, tandis que le rez-de-chaussée logeait les artistes et artisans favoris du roi. Imaginez cette esquisse de manufacture royale, avec tous ces ateliers abrités dans cette splendide galerie en bord de Seine. Elle deviendra le lieu de prédilection des grands artistes de la capitale jusqu’à l’arrivée au pouvoir de Napoléon en 1806 qui juge ces installations trop bruyantes.

Le Pont-Neuf et ses installations

pontneuf-henri4-statue-paris

C’est toujours dans cette idée d’offrir de grands espaces de plaisance aux Parisiens que Henri 4 inaugure en 1607 le Pont Neuf, inspiré par le projet d’Henri 3. Si le nom du plus vieux pont de Paris nous fait sourire aujourd’hui, il prenait tout son sens à cette époque où les ponts ne ressemblaient en rien à ceux que nous empruntons de nos jours. Le Roi, soucieux d’offrir des lieux  agréables et sûrs à son peuple, imagine un pont aux allures de belvédères et réalisé en pierre. Une nouveauté dans l’architecture de la ville où ces constructions étaient essentiellement faites en bois et surmontées de deux lignés de maisons et boutiques, supposées renforcer l’assise des ponts. Henri 4 fait donc construire un pont large qui offre une vue dégagée de la Seine : le premier panorama de la capitale ! Et pour être sûr que les promeneurs puissent pleinement profiter de ce paysage sans risque d’accident, le premier trottoir de Paris fait son apparition ! Il faudra d’ailleurs attendre plus de 170 ans pour qu’un deuxième trottoir soit construit dans la capitale.

samaritaine-fontaine-henri4-reproduction

Le Bon Henri fait construire au niveau du pont une fontaine, offrant ainsi aux Parisiens un nouveau réservoir d’eau au centre de la ville. Grâce à un système ingénieux de pompe élévatrice d’eau, la Samaritaine renforce l’aspect névralgique de cet espace public. Cette fontaine, dont le nom est repris par le célèbre grand magasin parisien, était dotée d’une incroyable ornementation en bronze représentant Jésus-Christ priant la Samaritaine de lui donner de l’eau. Achevée en 1608, elle restera en service jusqu’en 1813.

Et pour compléter ce paysage, une statue en l’honneur du roi est érigée au milieu du Pont-neuf en 1614. Un projet de Marie de Médicis commandé à Jean de Bologne et Pietro Tacca qui met en scène Henri 4 à cheval sur un piédestal achevé en 1618, doté de quatre esclaves enchainés. Cette dernière partie conservée au musée du Louvre, est d’ailleurs le seul élément rescapé suite à la destruction de la statue en 1792. La sculpture d’Henri 4 qui trône aujourd’hui près du Pont-Neuf est une reproduction de 1818 qui a beaucoup fait parler d’elle, on vous laisse découvrir quelques-uns de ses secrets en suivant ce lien.

Un programme urbanistique qui dessine un nouveau Paris ordonné, inspiré des villes italiennes et en accord parfait avec un besoin d’espace dont la capitale manque cruellement. Un premier projet qui élabore également les contours de son nouveau concept architectural : la place royale.

La place royale, une invention parisienne

Cette création purement française devait servir d’écrin grandiose aux statues royales que le roi offrait comme lieu de promenade à son peuple. Et pour réussir à créer un espace dont la beauté architecturale pourrait égaler la puissante portée de ces représentations du pouvoir, c’est une nouvelle fois le style italien qui influence Henri 4 et son cher Sully dans la création de ses nouveaux lieux de vie. Les places sont alors conçues selon des plans géométriques formés par des bâtiments aux façades régulières et parfaitement symétriques.

Le projet Place de France :

plan-placefrance-henri4-projet

La place de France est le premier projet architectural de ce type élaboré par Henri 4. Et s’il n’a jamais vu le jour, de nombreux documents le présentent comme un espace dans le nord du Marais ouvert par des voies disposées en demi-cercle. Cette forme devait symboliser l’idée d’un royaume puissant qui rayonne sur le monde, et les rues devaient porter le nom de province. Il existe encore quelques preuves de ce projet avec le maintien de certains noms de rues.

La Place Royale

placeroyal-paris-henri4

Décidée en 1605, la Place Royale est le témoin parfait de la vision architecturale et urbanistique d’Henri 4. Construite à l’emplacement de l’ancien hôtel des Tournelles, elle a pris la place d’une manufacture de tissage de la soie imaginée à l’origine du projet afin d’accroître l’économie de la ville. Cet immense espace carré ouvert était délimité par des façades identiques faites de briques et de pierres. Et pour financer ce projet, les terrains étaient vendus à condition de respecter cet ordonnancement composé d’une galerie voûtée permettant à des magasins de s’y installer. Cette première place royale inaugurée en 1612 par Louis XIII, fils d’Henri 4, devient avec le temps le quartier privilégié des nobles qui s’y installent.

La Place Dauphine

place-dauphine-henri4-estampe

La place Dauphine, dont la construction débute en 1607, est un projet qui s’intègre au chantier du Pont-Neuf. Conçu comme un ensemble lié par la première grande voie rectiligne appelée en l’honneur de sa fille, rue Dauphine, le pont et la place se font échos, offrant à la statue d’Henri 4 un emplacement de choix pour ces deux espaces. De forme triangulaire imposée par la topographie de l’île, cette place est composée de 32 maisons aux façades identiques, toutes pourvues de deux étages en briques, dont le rez-de-chaussée était comme pour la place Royale, destinée à accueillir sous les arcades des marchands. Elle deviendra rapidement une place de change et de bourse grâce à sa proximité avec le château de Louvre et le Pont-Neuf.

Premiers règlements d’architecture et d’urbanisme

Henri 4 porte donc bien son surnom de “premier maçon du royaume” au vu des nombreuses constructions qui ont vu le jour durant son règne. Et pour s’assurer que cette quête vers un Paris ordonné et moderne perdure, il fait écrire l’un des premiers règlements d’architecture et d’urbanisme en 1607. On pouvait y retrouver des mesures concernant les dimensions à respecter, les règles d’ordonnances et d’alignements… 

A lire également :  Petite histoire des différentes constructions du Louvre
Les nocturnes du musée du Louvre sont de retour tous les vendredis cet été !

Les prochaines visites guidées



Voir toutes nos activités